Le Mate 30 et ses différentes variantes ne seront pas commercialisés en Europe immédiatement.

Le géant des télécommunications chinois Huawei avait réuni la presse européenne à Munich ce jeudi pour discuter de l’avenir du groupe et de sa stratégie pour l’Europe. Embourbé au beau milieu d’une guerre économique entre la Chine et les États-Unis, Huawei a été la première victime du bras de fer qui oppose Donald Trump au président chinois.

L’administration Trump avait pris la décision d’interdire l’usage d’infrastructures 4G et 5G du groupe chinois sur le sol américain, prétextant que Huawei présentait un danger pour la sécurité nationale. Dans la foulée, le gouvernement américain a ordonné l’interdiction de vente de composants électroniques au groupe chinois et forcé Google à bloquer l’accès à ses licences Android. Huawei s’était vu offrir un certain délai pour adapter sa production, délai qui est aujourd’hui venu à expiration.

Ce jeudi, le groupe chinois introduira une nouvelle salve de smartphones sous Android, qui n’intégreront pas de licence Google. Dans la pratique, les appareils n’embarqueront pas de logiciels Google – pas de Gmail, de YouTube, de Google Maps ou de Chrome donc, et aucune option de récupération pour tous ces logiciels. Ses nouveaux smartphones seront exclusivement distribués en Asie dans un premier temps. L’Europe sera desservie ensuite.

“Nos nouveaux smartphones ne sortiront pas en Europe pour le moment, ça viendra plus tard cette année mais on n’a pas de précision pour la disponibilité” nous a expliqué Jurgen Thysmans, porte parole de Huawei en Belgique. À en croire la branche belge du groupe, il n’y a pas de raison de s’alarmer. “On voit avec le P30 que les ventes sont très stables.” Les consommateurs ne s’inquiéteraient donc pas plus que ça de l’absence des Google Live Services.

À ce sujet, Huawei rappelle proposer plus de 11.000 applications via sa boutique App Gallery, alternative au Play Store. Les acheteurs du futur Mate 30 pourront également contourner la législation en installant les logiciels sous la forme d’APK récupérés sur internet.

Quid de la suite ? Pour Huawei, il s’agit aujourd’hui de développer un nouvel écosystème, ouvert aux partenaires et qui viendra se positionner comme un concurrent à Android.

“Nous n’avons rien à perdre. Nous pensons que nous avons une chance de réussir car nous avons rencontré le succès ces 32 dernières années” a déclaré Walter Ji, président Consumer Group chez Huawei Europe. “Nous pensons que la technologie doit être ouverte à tous, quelle que soit la nationalité d’une entreprise. C’est pourquoi nous croyons qu’une collaboration ouverte est la voie.”

Et l’avenir s’annonce radieux. “À Shanghai, nous avons annoncé un investissement d’1,5 milliard pour le développement d’applications sur notre plate-forme, Huawei Mobile Services” explique Jurgen Thysmans.

Au cours des 12 derniers mois, Huawei était parvenu à faire grimper ses ventes de smartphones de plus de 24%, dépassant Apple et Samsung pour se hisser en tête des plus grosses ventes de mobiles.

Le géant chinois a profité de sa conférence de presse pour annoncer de nouveaux investissements en Europe avec la construction de nouvelles boutiques partout en Europe, de la France à l’Allemagne, en passant par l’Espagne et la Belgique.