Suite au succès rencontré par la série de jeu d’aventure épisodique Bear With Me, le studio Exordium Games revient avec un nouvel épisode. Il s’agit de la préquelle de la série mettant en scène le hargneux Ted E. Bear, un ourson détective privé. À cette occasion, le studio dévoile également une édition complète regroupant tous les épisodes de sa série à destination des consoles de salon. De quoi (re)plonger dans cet univers digne d’un roman policier.

Le studio Exordium Games a donc fait le choix du passé pour son nouvel épisode, avec une préquelle. L’occasion pour les joueurs des premiers épisodes d’en découvrir davantage sur l’histoire de Ted E. Bear, l’ourson en peluche détective privé. Si les fans seront ravis de retrouver ce personnage, ils pourraient tout de même être rapidement déroutés par le choix scénaristique des développeurs. En effet, la préquelle ressemble à s’y méprendre au scénario de base des premiers épisodes, en tout cas, à première vue.

Pour les nouveaux joueurs, la sortie de la préquelle est l’occasion de découvrir la série de Bear With Me et de plonger dans cette aventure depuis le tout début.

Pour ce test, nous allons nous mettre dans la peau d’un joueur qui aurait découvert la série à sa sortie, en 2016 sur PC, et qui découvrirait la préquelle après avoir joué aux premiers épisodes.

Des disparitions mystères

Dans les premiers épisodes de Bear With Me, le joueur incarne la jeune Amber, une adolescente à la recherche de son frère disparu dans les rues de Paper City. Pour l’aider dans sa quête, la jeune Amber peut compter sur l’aide du détective privé Ted E. Bear, un vieux détective privé aigri. Malheureusement pour l’ourson, la disparition du frère d’Amber, Flint, n’est pas le seul mystère qu’il va devoir résoudre à Paper City.

Une base de scénario que les développeurs ont réutilisé pour leur préquelle puisque dans ce nouvel épisode, ce n’est pas Flint que l’on cherche, mais Amber. Et pour mener l’enquête, le détective Bear s’associe cette fois avec Flint. La disparition de la jeune fille est particulièrement inquiétante, mais elle n’est pas la seule. Plusieurs cas de robots disparus ou passés à tabac sont remontés jusqu’aux oreilles de l’ourson. Ted et Flint vont devoir mener l’enquête.

Des disparitions, des témoins qui ne veulent pas parler, une menace qui plane sur la ville, des indices inquiétants, tous les ingrédients d’un bon roman policier sont regrouper dans ce jeu d’aventure épisodique.

Un portage sur consoles laborieux

La série d’Exordium Games prend la forme d’un jeu d’aventure basé sur le principe du point’n’click. Pour mener à bien son enquête, le joueur devra observer, ramasser et combiner divers objets et indices afin de progresser dans l’histoire. Le genre vidéoludique colle parfaitement au cadre de l’histoire. Malheureusement, l’essence même du jeu est affectée par la difficulté de gestion du curseur.

En effet, à l’origine, le jeu n’était disponible que sur PC. Il a donc été développé pour une utilisation de la souris. Avec la sortie de l’édition complète, le studio a décidé de porter le jeu sur consoles, espérant séduire de nouveaux joueurs. Malheureusement, le portage du jeu PC sur consoles est un échec au niveau de la jouabilité. Le curseur de la manette est imprécis et extrêmement lent, ce qui fruste énormément. Rien dans le jeu n’est intuitif.

Certaines résolutions « d’énigmes » exigent la combinaison de plusieurs objets. Si cela est aisé sur PC, ce n’est pas forcément le cas sur console. Aucune indication ne vient sauver le joueur, on se retrouve jeté dans la mare sans plus de précautions.

En dehors des phases de recherche et d’assemblage d’objet, Bear With Me implique également le joueur dans les dialogues puisqu’il peut, à plusieurs reprises, choisir les réponses à donner à son interlocuteur parmi plusieurs propositions. Si cela n’a rien de très révolutionnaire, cet aspect avait le mérite d’exister et de rendre le joueur un peu plus actif dans l’histoire. Dans la préquelle, le studio Exordium Games a pourtant décidé de tirer une croix sur cet aspect ce qui est bien dommage.

En fonction de comment le joueur se lance dans la série, il aura certainement l’impression que le jeu s’améliore au fil des épisodes alors qu’en fait, le studio semble avoir pris moins de soin pour développer son dernier chapitre qui est en réalité le premier. Vous suivez ?

De l’humour et des références

Le gameplay est légèrement sauvé par l’univers si particulier du titre d’Exordium Games. L’humour tient une place importante dans le jeu. En effet, les personnages n’hésitent pas à se lancer des pics ou à se moquer du joueur lorsque celui-ci tente des combinaisons idiotes ou tente d’ouvrir une porte avec des objets insolites. Autre point sympathique, Ted E. Bear multiplie les références à la pop’culture. Des clins d’œil qui peuvent parfois être appréciables, mais cette manie de briser le 4e mur peut également devenir agaçante.

En effet, au fur et à mesure des épisodes, la qualité des blagues se détériore et leur intervention semble venir combler un vide scénaristique, notamment dans la préquelle. Les développeurs en sont d’ailleurs conscients et s’en amusent dans certains dialogues. Malheureusement, les tentatives de vannes dans The Lost Robots fonctionnent rarement tant elles sont grosses et apparaissent comme un cheveu sur la soupe.

Une atmosphère noire et envoûtante

Bear With Me prend vie dans un univers très particulier où les animaux dotés de la parole, les robots et les humains cohabitent ensemble. Un contexte plutôt absurde que le jeu assume parfaitement, mais qui ne lésine pas sur l’ambiance. Le titre d’Exordium Games développe en effet une atmosphère très particulière tout au long de ses épisodes, reprenant de nombreux codes du roman policier et des polars des années 50. On y retrouve de nombreux clichés, notamment le long manteau et le chapeau du détective privé. Le tout à travers une esthétique de bande dessinée très appréciable qui lui confère une identité propre. Le cadre de Bear With Me est certainement ce qui a fait le succès de la série et, fort heureusement, on le retrouve tel quel dans la préquelle.

Pour rester sur l’ambiance générale du jeu, la musique joue un rôle important. En effet, à plusieurs moments, on se laisse porter par des musiques jazzy des années 50 qui viennent souligner le cadre rétro et mystérieux du jeu.

On pourrait tout de même reprocher les animations particulièrement lentes des personnages. Si ça rentre dans le cadre du polar, ça n’en reste pas moins frustrant dans le cadre d’un jeu vidéo. Les déplacements des personnages, mais aussi leur action, tout est lent.

Enfin, tous les personnages du jeu sont doublés en anglais par des comédiens – le jeu est disponible en VOSTFR. Un point intéressant qui vient ajouter un peu de vie à la série. La plupart des doublages sont d’ailleurs de très bonne qualité, notamment le personnage de Ted E. Bear. Le comédien laisse transparaitre tout le sarcasme du vieux détective privé dans sa voix. Malheureusement, certains personnages n’ont pas reçu le même traitement. Ainsi, dans la préquelle, Flint se retrouve affublé d’une voix qui semble être à 100 km de la réalité. Sa sœur a disparu et lui il garde la même voix monotone tout le long de son enquête.

Conclusion

Désireux de développer l’univers de sa série Bear With Me qui a rencontré un certain succès avec ses trois premiers chapitres, le studio Exordium Games sort un nouvel épisode ; une préquelle cette fois-ci. Les fans de la série retrouveront tout ce qui a fait le charme du jeu d’aventure épisodique tels que son atmosphère de roman noir, son esthétique de bande dessinée et son univers absurde si particulier d’ourson, rat et lézard qui parlent. Même si tous les ingrédients étaient là pour faire une bonne préquelle, la sauce ne prend pas. Le portage sur consoles de salon n’est clairement pas à la hauteur d’une expérience PC et le principe sur lequel repose le jeu – le point’n’click – en souffre largement. Si les fans des 3 premiers épisodes pourraient être déçus, les nouveaux joueurs pourraient quant à eux être ravis de voir une belle progression entre la préquelle et les autres épisodes.

Bear With Me : The Lost Robots

5.2

Gameplay

4.5/10

Contenu

5.0/10

Graphismes

6.0/10

Bande son

6.0/10

Finition

4.5/10

Les + :

  • L'ambiance si particulière du polar
  • L'humour même si parfois un peu lourd
  • Une identité et un univers propre

Les - :

  • La préquelle est moins qualitative que les autres épisodes
  • La lenteur des personnages
  • Une prise en main compliquée sur consoles