Déjà un énorme succès aux Etats-Unis, la série télévisée Doom Patrol introduit une nouvelle équipe de superhéros méconnus du grand public. Petit retour sur ce qui a fait de ce comic un cas à part.

Une équipe recomposée à plusieurs reprises

Doom Patrol a fait ses débuts chez l’écurie DC en 1963. Arnold Drake et Bob Haney, les deux créateurs du projet, avaient initialement baptisé la série “The Legion Of The Strange”. Le nom du comics sera toutefois changé en toute dernière minute. La Doom Patrol fera ainsi ses débuts dans My Greatest Adventure #80. Initialement, l’équipe est composée de Negative Man, Robotman, Elasti-Girl et du Dr. Niles Caulder. A l’issue de la première saga, DC tentera de relancer la série sans succès. En 1989, DC Comics choisit donc de prendre un très gros risque en réinventant le classique.

Grant Morrison réinvente les personnages en faisant de Robotman un robot suicidaire, en redéfinissant la sexualité de Negative Man et en ajoutant un personnage à l’équation, qui présente des troubles du comportement et dispose de personnalités multiples.

Si, à l’origine, la Doom Patrol était une équipe de superhéros assez bizarres, elle se transforme sous la direction de Morrison en une équipe de super-zéros qui ont acquis leurs pouvoirs à travers divers accidents et souffrent de gros désordres psychologiques.

Un final en apothéose 

En 1968, soit cinq ans après ses débuts, DC Comics décide de mettre un terme à l’aventure de la Doom Patrol, qui se vend moins que prévu. Elle demande alors au scénariste d’imaginer un final en apothéose.

Dans le numéro 121 du comics, Bruno Premiani, le dessinateur de Doom Patrol, apparaît dans la bande dessinée et demande au lecteur d’écrire à DC Comics pour sauver le projet. L’équipe entière se sacrifie ensuite pour sauver un petit village du Maine de la destruction, créant l’un des plus grands cliffhangers de l’histoire de la bande dessinée.

A l’époque, le dessinateur confie avoir imaginé ce stratagème pour pousser DC à revoir sa position. Paradoxalement, et malgré d’excellentes critiques, DC ne revient pas sur sa décision. Le final en apothéose de Premiani offre toutefois à la franchise un statut culte. Et pour cause puisque c’est la première fois qu’une série de comics s’arrête parce que l’équipe de superhéros est entièrement éliminée…

Un personnage fictif poursuivi en justice

Flex Mentallo fait une entrée remarquée dans la Doom Patrol a la fin des années 80. Ce personnage atypique est capable d’altérer la réalité en gonflant ses muscles. Il est également à l’origine de l’une des plus grosses controverses dans le monde des comics.

Grant Morrisson crée Flex Mentallo en s’inspirant ouvertement de Charles Atlas, un gourou du fitness qui n’appréciera pas beaucoup d’être représenté sans son autorisation dans une bande-dessinée. L’homme poursuivra en justice la bande-dessinée et son auteur mais perdra son bras de fer contre Morrisson, la justice estimant que Flex Mentallo est une caricature du monde réel.

Des ressemblances avec les X-Men

Dès sa sortie, Doom Patrol crée une gigantesque polémique. Les ressemblances avec les X-Men de Marvel Comics sont nombreuses et les fans des deux franchises accusent la concurrence d’avoir copié des idées…

Les deux séries partagent des similarités. Notamment le fait que le leader de l’équipe se déplace en fauteuil roulant. La Doom Patrol est désignée comme “la plus étrange équipe de superhéros” tandis que les X-Men sont désignés comme “les plus étranges superhéros”. L’organisation secrète “la confrérie du mal” ressemble également étrangement aux “mutants de la confrérie du mal”. Dans les deux cas, les superhéros sont recrutés sur base de leurs différences et ouvertement victimes de racisme.

A cette époque, la popularité d’X-Men s’envole alors que Doom Patrol reste un produit de niche pour DC. Les fans de Marvel estiment qu’il s’agit d’une pâle copie de leurs très chers X-Men. Ils oublient toutefois que le premier tome de Doom Patrol est sorti 3 mois avant le premier tome des X-Men…

Le créateur de la Doom Patrol l’assure toutefois : il est fort probable que ces similarités ne soient que pure coïncidence.

Cyborg n’apparait pas dans Doom Patrol, le comics

Cyborg

La série télévisée de DC Universe introduit un nouveau personnage dans l’équipe, avec l’apparition de Cyborg. Ce personnage n’apparaît toutefois pas dans les comics Doom Patrol. En réalité, Cyborg est un membre de la Justice League – qui apparaît d’ailleurs dans le film de Zack Snyder, qui n’a jamais eu sa place dans la Doom Patrol. Une entorse au background de la série qui est toutefois passée comme une lettre à la poste chez les fans tant le personnage s’intègre bien dans l’équipe.

On notera au passage qu’à l’origine, DC voulait réaliser un film complet sur ce personnage, dans le cadre de son DCU. Le projet sera finalement annulé, suite au fiasco de la Justice League au box-office.