Le géant chinois organisera une conférence de presse le 19 septembre, à Munich.

Le rendez-vous est désormais fixé. Le 19 septembre prochain, Huawei lèvera le voile sur son prochain porte-étendard, le fameux Mate 30 Pro, qui sera accompagné pour l’occasion par son petit frère, le Mate 30.

Le contexte est, cette année, très particulier puisque Huawei ne sera en théorie plus autorisé à installer Android avec l’intégralité des services Google sur ses appareils. Victime collatérale de la guerre économique que se livrent Etats-Unis et Chine, l’entreprise chinoise a été sommée d’abandonner le système d’exploitation de Google. Elle ne sera également à terme plus autorisée à acheter puces et microprocesseurs à des fournisseurs américains.

S’il se pourrait que le Mate 30 Pro soit livré avec Android sous le capot, Huawei pourrait également choisir d’introduire son propre système d’exploitation. Le groupe travaille sur la conception d’une alternative à Android depuis des années déjà et est supposé avoir accéléré la production de son OS ces derniers mois.

Une chose est sûre : le Mate 30 Pro représente un pari risqué pour la marque chinoise, qui sera confrontée, quel que soit le scénario, à la crainte des consommateurs.

A noter qu’outre le Mate 30 Pro, la firme chinoise devrait également lancer un autre flagship en cette fin d’année, avec la sortie de son premier smartphone pliable, qui aurait normalement dû arriver en magasin beaucoup plus tôt cette année.