Un seul article ne suffirait pas à couvrir la multitude de secrets contenus dans chaque jeu de la série The Legend of Zelda. Nous avons donc plutôt essayé de vous dénicher quelques secrets de fabrication entourant la série-phare créée par Shigeru Miyamoto, en espérant que vous y trouverez quelques précieux rubis jusqu’ici inconnus.

Un titre original différent

Zelda + Link

Il existe encore chez certaines personnes non initiées une confusion quant à la réelle identité du héros de The Legend of Zelda et. En effet, si on n’a jamais joué à un jeu de la série, on peut facilement croire à tort que le personnage que l’on joue se nomme Zelda, or il s’agit bien entendu de Link qui part à l’aventure pour sauver la princesse Zelda du titre.

Le titre japonais original, que l’on pourrait traduire par The Hyrule Fantasy, éliminait d’ailleurs toute confusion. Il évoque davantage l’univers du jeu et reflète bien son côté exploration. Mais quand le jeu est arrivé aux États-Unis en juillet 1987 (chez nous, c’était en novembre de la même année), il a été renommé The Legend of Zelda. Et au final, les japonais ont modifié le titre pour qu’il corresponde à son homologue américain.

Un nom aux multiples liens

Link Wind Waker

L’origine du nom de Link, qui se présente comme un croisement entre un elfe et le personnage de Peter Pan, a plusieurs significations. Traduit de l’anglais, il signifie « lien » et provient de la volonté de faire de la Triforce (la relique représentant les divinités du Royaume d’Hyrule) des puces électroniques, et Link aurait été le lien entre le passé et le futur.

Cet aspect science-fictionnel a été abandonné au profit de l’heroic fantasy pure, et Shigeru Miyamoto a ensuite « justifié » le nom du héros comme une représentation du lien unissant le joueur à l’univers du jeu, et à sa contribution personnelle à celui-ci.

Le premier jeu était censé être un créateur de donjons

Link's Awakening donjon

Un des aspects les plus appréciés de la série Zelda réside en la présence de vastes donjons présentant moultes énigmes et ennemis à vaincre. Mais saviez-vous que le tout premier jeu aurait dû laisser la possibilité au joueur de créer ses propres donjons ?

The Legend of Zelda a été conçu à l’origine pour démontrer toute la puissance du système de disquettes de la Famicom, notamment au niveau de leur espace de stockage. A cet effet, Nintendo voulait inclure dans le jeu un éditeur de donjons. Cela n’a pas pu se faire à l’époque, mais rien ne se perd chez Nintendo et l’idée a été exploitée bien plus tard comme nous l’a prouvé Mario Maker. A noter que le remake de Link’s Awakening prévu au mois de septembre 2019 comprendra enfin un créateur de donjon…une première dans un jeu Zelda !

L’enfance de Miyamoto comme source d’inspiration

Breath of the wild

Une des principales sources d’inspiration de Shigeru Miyamoto pour The Legend of Zelda remonte à sa tendre enfance. Le créateur japonais s’est souvenu de ses moments passés à la campagne, explorant les forêts, grottes et montagnes de Kyoto. Un jour, il est même tombé sur tout un dédale de grottes dans lesquelles il s’est aventuré, une lanterne à la main.

Au fil de la série Zelda, il a ainsi voulu recréer cette sensation d’exploration et d’émerveillement ressenti lorsqu’il était enfant. De la joie de découvrir un magnifique recoin de nature à la crainte de s’égarer dans les bois (perdus), on peut aujourd’hui affirmer que ce défi personnel a été relevé haut la main.

Une épée pour tous les rassembler

The Legend of Zelda

L’un des gimmicks de la série consiste à trouver l’épée du héros dès les premières minutes de jeu. Les joueurs se souviennent ainsi avec émoi de leur rencontre avec cet inconnu dans une caverne nous confiant la première épée du jeu (en bois), avec ces mots s’inscrivant sur l’écran : « C’est dangereux de s’aventurer seul. Prends ceci ».

Lors du développement, il était pourtant prévu que l’épée fasse directement partie de l’inventaire. Mais même ainsi équipé, les testeurs trouvaient le jeu trop difficile. En réponse, Miyamoto l’a enlevé, forçant ainsi les joueurs à trouver le vieil homme pour l’obtenir ! Un brin sadique, Miyamoto ? Non, en réalité son but était que les joueurs échangent leur expérience et leurs astuces entre eux, créant ainsi une réelle communauté autour du jeu. Et cela a fonctionné ! The Legend of Zelda est toujours aujourd’hui l’un des jeux les plus populaires de la NES et le gimmick a été repris à maintes reprises dans les suites qui ont suivies.