Selon une nouvelle étude, le rayonnement radiofréquence n’aurait aucun effet négatif sur la santé.

Avec l’arrivée de la 5G, les effets des ondes électromagnétiques sur la santé font de nouveau l’objet d’un débat. Doit-on réellement se réjouir du déploiement de ce nouveau réseau de télécommunication ? Un récent rapport nourrit les inquiétudes de la population en listant les smartphones émettant le plus de radiations, bien au-delà de la limite prévue. Pourtant, jusqu’à ce jour, aucune preuve scientifiquement tangible n’a réellement prouvé les effets nocifs de ces ondes sur la santé.

Une nouvelle étude réalisée par des scientifiques néo-zélandais vient justement affirmer que les rayonnements radiofréquences n’auraient aucun effet négatif sur les êtres vivants, comme le rapport Cnet. Depuis des décennies, les scientifiques étudient les effets des ondes électromagnétiques sur le corps humain. Jusqu’à présent, il a été démontré que l’impact majeur de ses ondes était un réchauffement des tissus humains. Les rayonnements radiofréquences ne sont pas ionisants, autrement dit elles n’ont pas l’énergie nécessaire pour endommager l’ADN, principale inquiétude des opposants à ces rayonnements.

L’étude néo-zélandaise en question a été effectuée à la demande du ministre néo-zélandais de la Santé en réponse aux accusations d’une autre chercheuse, Susan Pockett, qui accusait le gouvernement néo-zélandais de ne pas protéger suffisamment la population du pays. Pour la chercheuse Susan Pockett, les effets des rayonnements radiofréquences vont au-delà du réchauffement des tissus.

Selon l’un des chercheurs de l’étude remettant en cause les effets négatifs de ces rayonnements, Mark Elwood, la plupart des rapports incriminants ces ondes électromagnétiques parlent d’un danger potentiel, « mais il manque généralement des preuves directes d’un effet néfaste sur la santé ».

Le chercheur estime également que la plupart des expériences en laboratoire qui ont démontré un effet négatif des rayonnements radiofréquences sur des êtres vivants manquaient de rigueur scientifique. Selon lui, en reproduisant les mêmes expériences, il n’est pas possible d’aboutir aux mêmes résultats, preuve d’un manque de sérieux de l’étude.

Ce n’est évidemment pas la première fois qu’une étude remet en doute les effets de ces ondes électromagnétiques sur les êtres vivants. L’année dernière, des scientifiques du National Toxicology Program ont affirmé que ces ondes seraient totalement inoffensives pour l’Homme. 

Voilà qui devrait relancer une nouvelle fois le débat. Le déploiement de la 5G devrait d’ailleurs pousser de nombreux scientifiques et gouvernement à se pencher sur le sujet.