En accès anticipé pendant 4 ans, le nouveau jeu des créateurs de Flatout est enfin disponible dans sa version finale sur PC et consoles. L’occasion de faire le point sur ce fils spirituel de Destruction Derby.

Développé par le studio BugBear Entertainment, auteur des premiers Flatout, de Sega Rally Revo et plus récemment du très décevant Ridge Racer Unbounded, Wreckfest est né de la volonté du studio finlandais de revenir à une recette plus proche de son cœur de métier. A l’origine, BugBear s’était en effet surtout fait connaître pour son jeu de course Flatout, sur PC et Xbox. Résolument arcade, le titre proposait de participer à des courses dans des environnements champêtres. Sa particularité? Il était l’un des premiers jeux à proposer un moteur physique très réaliste, prenant en compte la destruction des véhicules. Après trois épisodes, le studio finlandais avait perdu les droits de sa franchise, désormais exploitée par un autre studio.

Ses deux dernières créations avaient suscité un engouement très modéré des gamers. Au point que l’on était venu à se demander si BugBear Entertainment survivrait à ces choix étonnants… Mais en 2014, le studio annonce un nouveau projet ambitieux, qu’il compte bien financer lui-même en le proposant en accès anticipé. Wreckfest connait dès ses débuts un énorme succès. Il signe également un retour aux origines pour le studio finlandais, qui propose une expérience de jeu proche de celle des Flatout.

4 ans plus tard, Wreckfest sort enfin de son accès anticipé et débarque sur consoles. Attention toutefois, car si Wreckfest est le successeur de Flatout, il se rapproche toutefois davantage d’un Destruction Derby dans son gameplay et son contenu…

Car ici, il ne sera pas (uniquement) question de remporter une course sur un tracé, mais aussi d’éliminer vos adversaires. Le mode carrière fera ainsi alterner des courses sur circuits et affrontements en arènes. Les premières se rapprochent plutôt de Flatout, tandis que les secondes sont inspirées de Destruction Derby. Si, dans les courses, il ne faudra pas forcément éliminer vos adversaires, le contact est toutefois encouragé par la construction des niveaux et la mise en place d’objectifs secondaires. Il faut néanmoins se montrer prudent puisqu’un vilain crash peut conduire votre véhicule à la casse.

En arène, le jeu montre toute sa richesse, malgré la simplicité du concept. Le joueur devra tenter de survivre le plus longtemps possible, en éliminant un maximum d’adversaires, ou en choisissant au contraire d’éviter les chocs jusqu’en fin de partie. Plus stratégique qu’il n’y paraît, le jeu se révèle très addictif et surtout très fun.

Pour ce qui est des séquences de course en revanche, le constat est plus mitigé. D’une part parce que les tracés se ressemblent tous et manquent cruellement de style. D’autre part, parce que l’aventure en solo n’est pas des plus passionnantes ni imaginatives. C’est paradoxal, mais malgré son excellent moteur physique et sa conduite nerveuse, Wreckfest ne parvient pas vraiment à convaincre, la faute à un jeu qui est finalement beaucoup moins fou que ses ainés. L’excellent Flatout : Ultimate Carnage lui est en tous points supérieur, près de 10 ans plus tard… Et c’est là que le bas blesse, car Wreckfest avait tout pour séduire.

Mais que manque-t-il donc au jeu de BugBear Entertainment? Le principal problème du jeu, c’est qu’il reste beaucoup trop sérieux, même lorsqu’il essaye de ne pas l’être. On prendra comme exemple ces séquences de course au volant de véhicules-canapés, drôles sur le papier, mais finalement pas si fendardes que ça. Si Wreckfest propose une belle diversité de défis, on s’ennuie ferme dans son mode carrière sans personnalité et ses décors fades qui se ressemblent tous. La bande sonore semble d’ailleurs avoir subi le même traitement, intégrant des tas de bonnes idées – et de styles musicaux – qui donnent au jeu l’allure d’un fourre-tout dans lequel on aurait tenté de glisser tout ce qu’on avait sous la main sans jamais penser à lui donner une personnalité propre.

Pour autant, ne crachons pas dans la soupe : le plaisir de jeu est bien là, en grande partie grâce aux sensations de conduite. S’il est arcade, le jeu n’en reste pas moins exigeant. Foncer dans le tas ne suffit pas, il faut savoir adopter la bonne direction dans les tournants et surtout savoir ou toucher ses adversaires pour les envoyer dans les décors. Sa physique impressionnante – que ce soit lors des collisions ou des crashs dans le décor – en fait un jeu nerveux, sur lequel on prendra particulièrement son pied avec des potes. Et c’est finalement là qu’est tout le problème, car Wreckfest est un très bon jeu de course arcade qui montre tout son potentiel en multijoueurs mais n’a pas grand chose à nous montrer en solo. Dépourvu de ses modes sur consoles, Wreckfest présente le plus d’intérêt sur PC. D’autant plus que si cette version console est vendue à petit prix (39€), et arrive très tardivement, elle n’intègre aucun contenu vraiment neuf. N’espérez donc pas trouver de multi en écran partagé puisque BugBear n’a pas fait l’effort de l’ajouter.

Pour le reste, on aurait très clairement été en droit d’en attendre plus d’un jeu acclamé par les critiques qui n’est pourtant sorti de son accès anticipé qu’après une période d’incubation de 4 ans, pour un résultat final très moyennement convaincant. Car si graphiquement le jeu est plutôt joli, il n’a pas beaucoup évolué en 4 ans, et ce qui était très joli il y a 4 ans est aujourd’hui somme toute juste passable. L’exemple typique du jeu totalement overrated, parti d’un très bon concept mais qui s’est quelque peu perdu en cours de chemin…

Conclusion

Séduisant sur le papier, Wreckfest est l’exemple type du jeu totalement overrated qui sort beaucoup trop tardivement de son early-access. Le fils spirituel de Flatout a beau être fun en multijoueur et proposer de solides sensations de conduite, on s’ennuie finalement assez vite en sa compagnie, la faute à des tracés sans âme, un mode carrière trop répétitif et une bande sonore qui tourne en boucle. La version console n’intègre aucun contenu inédit – pas même un mode écran partagé, pourtant incontournable pour ce type de jeu. Pour autant, difficile de cracher dans la soupe : le jeu reste fun, sa physique exceptionnelle lui donne une aura très particulière et les amateurs de destruction en auront pour leur argent. L’un dans l’autre, il n’y a de toute façon pas beaucoup de concurrence sur ce segment, alors autant en profiter…

Wreckfest

7

Gameplay

8.0/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

6.5/10

Finition

7.0/10

Les + :

  • Le moteur physique, vraiment impressionnant
  • La gestion des dégâts, qui impactent le gameplay
  • Un mode multi très efficace
  • Les combats en arènes, à la Destruction Derby

Les - :

  • Des menus très mal fichus
  • Ennuyeux en solitaire
  • Des décors sans âme
  • Une bande sonore trop variée, sans réelle identité