Popularisée grâce à ses vidéos où elle teste des jouets pour enfants, la YouTubeuse sud-coréenne Boram, 6 ans, vient d’acheter une propriété pour un montant astronomique. Un achat qui pose évidemment de nombreuses questions.

Ce n’est pas un secret, poster des vidéos sur YouTube rapporte de l’argent. Si le sujet est relativement tabou chez les YouTubeur, on peut aisément imaginer que les créateurs de contenus les plus populaires gagnent des revenus confortables, voire des sommes folles pour certains. C’est d’ailleurs en partie pourquoi ce métier fait rêver, mais dans le cas de jeunes enfants mis en scène dans des vidéos, cela pose également de nombreuses questions morales.

Depuis quelques jours, le cas de la jeune YouTubeuse Boram fait polémique. L’enfant d’à peine 6 ans est la vedette de deux chaînes YouTube ; l’une est consacrée à la critique de jouets et l’autre sert de vlog presque quotidien. Ces deux chaînes comptabilisent 13 et 17,6 millions d’abonnés et chacune de ses vidéos dépasse le million de vues. Des chiffres impressionnants surtout pour une personne aussi jeune qui doivent rapporter à sa “société” des sommes folles. Un cas qui rappelle celui de Ryan, 6 ans et millionnaire.

Une popularité comme il en existe beaucoup sur la toile et qui ne s’explique pas vraiment, mais si la jeune est actuellement sous les projecteurs, c’est à cause d’un récent achat. Comme le révèle CNN, la YouTubeuse vient d’acheter un immeuble de 5 étages dans la banlieue de Gangnam, le quartier branché de Séoul, pour la coquette somme de 7,2 millions d’euros.

Évidemment, ce n’est pas la petite qui a acquis cet immeuble, il a été fait par ceux qui gèrent sa “société”, à savoir ses parents.

Une surexposition mentalement dangereuse

Au-delà de cette acquisition qui n’est pas vue d’un bon œil par ses fans et internautes, la question de la présence d’enfants-stars sur les réseaux revient sur le tapis. Ces jeunes enfants sont exposés sur la toile et, bien qu’ils soient encadrés par leurs parents, certains s’inquiètent de l’impact que cette exposition pourrait avoir sur eux en grandissant. De nombreux enfants-stars issus du milieu musical ou du cinéma ont déjà fait les frais de la pression de la popularité.

Alertée par plusieurs témoignages, l’ONG Save the Children avait déjà porté plainte contre les parents de la jeune Boram au titre que ceux-ci tiraient un profit financier en l’exposant sur la toile et que cela pouvait causer une détresse mentale chez la jeune fille.

Les valeurs véhiculées dans certaines de ses vidéos avaient d’ailleurs fait l’objet de nombreuses critiques ; notamment celles où elle vole de l’argent à son père, où elle détruit ses jouets ou encore lorsqu’elle fait semblant d’être enceinte et d’accoucher. Des vidéos qui ont depuis été supprimées.

Autre problème pointé du doigt concernant cette starification et l’exposition des enfants sur YouTube : la possibilité pour des pédophiles de visionner et commenter ces vidéos. Après avoir été accusé de ne pas réagir face à ce fléau, YouTube a désactivé la section commentaire sous la plupart des vidéos de mineurs.