La startup Anytime veut proposer ses services dans de nouveaux pays.

Sans engagement et 100% mobile”, Anytime veut proposer des services financiers uniquement en ligne avec des solutions “simples, personnalisables et sécurisées”. Concrètement, la startup peut s’adresser aux entreprises pour gérer les frais professionnels, sécuriser les achats en ligne ou encore “encaisser avec un terminal de paiement ou un bouton de paiement à afficher sur son site web”. Du côté des particuliers, Anytime propose des services comme le paiement par SMS, le remboursement entre amis ou une simple gestion de plafond de carte bancaire.

La startup est basée en Belgique, mais très peu d’entreprises belges utilisent le service. Pour le cofondateur, l’offre bancaire belge est déjà très efficace. “On s’est surtout attaqué tout de suite à des marchés plus conséquents”, à savoir la France. Il s’agit de viser des marchés plus ouverts : “la Belgique en offre bancaire, on est super bien doté“.

Mais depuis sa création, la startup accumule près de 100 000 clients. “On est devenu rentable en août 2018, c’est un point qui est super important parce qu’on arrive à démontrer au marché, et notamment aux banques centrales, aux régulateurs belges et français on va dire, que le modèle économique des néobanques est totalement viable“.

Après la France, la startup vise l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. “On va quand même proposer notre offre en Belgique” souligne le cofondateur. Mais dans un premier temps, c’est l’Angleterre qui va découvrir les services de la néobanque, avant la fin de l’année 2019 : “on est à la phase de déploiement technique, et après il y aura le lancement commercial“.

Crédits : Anytime
Crédits : Anytime

C’est en 2012 que Damien Dupouy et Thierry Peyre se lancent dans le projet Anytime. En 2014 le premier produit est lancé. Il s’agit d’une solution pour gérer l’argent de poche des enfants. Damien Dupouy nous explique que le modèle économique est compliqué : “ce n’était pas rentable, à moins de faire une acquisition massive de clients“.

En parallèle on avait pas mal d’indépendant, de pros, d’entreprises qui nous demandaient, tiens c’est bien ce que vous faites j’aimerais bien l’utiliser moi pour mes employés, les notes de frais“. Les cofondateurs ont pris la remarque au pied de la lettre : “depuis début 2016, on s’adresse principalement aux pros, aux entreprises, aux indépendants”.

D’ici quatre mois, les services d’Anytime seront proposés en Belgique.