Des chercheurs d’IBM viennent de mettre au point Hypertaste, une langue qui utilise l’intelligence artificielle, pour reconnaître les composants d’un liquide complexe. Une invention à l’état de prototype, mais qui a déjà de nombreuses applications.

Il y a des choses que l’on pensait réservées à l’être humain, comme le goût, par exemple. En effet, la reconnaissance des différents goûts n’était possible que grâce à la présence de papilles et de nerfs sur la langue. À présent, cette capacité n’est plus réservée l’Homme, mais aussi aux machines. Alors que jusqu’à présent, les recherches en robotique se focalisaient surtout sur le toucher, les chercheurs d’IBM se sont penchés sur le goût et ont créé une langue artificielle capable de les reconnaître, appelée Hypertaste.

Si cette invention peut paraître anecdotique à premier abord, elle est en réalité un outil très pratique pour les chercheurs. Hypertaste a en effet été mise au point par l’équipe d’IBM Research afin d’aider les personnes qui doivent rapidement reconnaître la nature de certains produits chimiques. Avec cette langue artificielle, il n’est plus nécessaire de passer par de lourdes analyses coûteuses pour identifier les composants d’un liquide complexe.

La détection combinatoire de l’Hypertaste ressemble pour ainsi dire à la faculté naturelle de l’être humain. En réagissant simultanément à différents produits chimiques, les capteurs peuvent indiquer la nature du liquide. “Nous avons ce réseau de capteurs qui, pris individuellement, ne seraient pas très utiles, car ils réagissent simultanément à plusieurs molécules. Mais leur réponse combinée va permettre d’identifier précisément la composition du liquide dans lequel le prototype est immergé”, a expliqué Patrick Ruch, membre d’IBM Research à Zurich.

L’Hypertaste en application dans divers domaines

Comment ça marque exactement? Une fois que l’empreinte digitale du liquide est établie, les données sont envoyées à l’application dédiée, et téléchargées sur un cloud. Un réseau neuronal se charge alors de comparer ces informations à la liste des liquides connus. L’application affiche ensuite la correspondance la plus proche, et ce, en un temps record. Le prototype a déjà été testé sur quatre eaux différentes pour des résultats précis à 90%, et qui sont arrivés en moins d’une minute.

Les applications de l’Hypertaste d’IBM sont nombreuses. En médecine, par exemple, où il est souvent nécessaire de détecter des substances nocives, ou bien de déceler la présence de drogue chez les patients. Dans le secteur sanitaire, elle peut servir à contrôler la qualité de l’eau. Et dans l’industrie pharmaceutique, cette langue artificielle peut également être un outil incroyable pour l’identification et la classification des liquides.

Si pour le moment, Hypertaste n’est qu’un prototype, IBM travaille encore sur sa langue artificielle et souhaite étendre les capacités de détection et d’analyse à d’autres composés chimiques.