Ce n’est pas nouveau : les plus jeunes passent trop de temps devant les écrans. Une nouvelle étude répète ce que l’on sait déjà, mais affirme que les parents ne seraient pas toujours en cause. Selon l’étude, désireux de faire plaisir à leurs descendants, les grands-parents seraient également fautifs.

L’abus d’écran par les plus jeunes est un problème de santé publique qui ne fait qu’augmenter d’année en année tant les smartphones, tablettes et autres télévisions s’immiscent de plus en plus dans notre quotidien. Si les parents semblent se rendre compte de l’aspect néfaste que peuvent avoir les écrans sur leurs progénitures, ce n’est pas forcément le cas de leurs parents à eux.

En effet, selon l’étude de l’Université de Rutgers, les grands-parents auraient tendance à autoriser les têtes blondes à profiter des écrans sans limites lorsqu’ils en ont la charge. Un moyen pour les grands-parents de gâter leurs petits-enfants.

Là non plus, ce n’est pas nouveau. Il n’est pas rare de voir des grands-parents recouvrir de cadeaux et de bonbons ou de céder à tous les caprices des plus jeunes, simplement pour leur faire plaisir. Une tendance qui aurait évolué avec l’avènement des smartphones et écrans. Pour faire plaisir à leurs petits-enfants, les grands-parents n’hésiteraient pas à leur prêter leur téléphone ou tablette afin qu’ils s’amusent avec.

Pour réaliser leur étude, les chercheurs se sont concentrés sur des enfants âgés entre 2 et 7 ans qui seraient gardés au moins une fois par semaine par leurs ancêtres. Ils ont calculé que sur une visite de 4 heures, les enfants passaient en moyenne 2 heures devant un écran, que ça soit pour jouer à des jeux vidéo ou regarder des vidéos. Ils ont également noté que les grands-pères étaient plus laxistes à ce sujet que les grands-mères.

L’étude montre que le manque de familiarité des personnes âgées avec ce type d’appareils et les dangers que cela représente pour les plus jeunes les poussaient à laisser leurs petits-enfants à passer plus de temps devant les smartphones et autres tablettes.

Il faudrait éduquer les grands-parents à l’usage positif et négatif que les écrans peuvent avoir sur les plus jeunes. La co-auteure de l’étude, Dafna Lemish, explique : « les grands-parents jouent un rôle très important dans l’éducation de leurs petits-enfants. Nous devons les éduquer sur l’impact des médias sur la vie des enfants et sur un usage approprié qui bénéficiera au bien-être de leurs petits-enfants ».

Selon une autre étude, l’abus d’écrans aurait un réel impact sur le développement cérébral des plus jeunes.