La société israélienne Cellebrite vient d’annoncer qu’elle avait mis au point un outil d’intrusion révolutionnaire. Avec celui-ci, il lui serait possible d’accéder aux données de l’ensemble des smartphones actuels. Une « menace » qui vise autant les propriétaires de smartphones sous iOS qu’Android.

Ce n’est pas la première fois que Cellebrite fait parler d’elle. La société israélienne avait déjà attiré les regards pour avoir mis au point un outil d’intrusion perfectionné capable de craquer n’importe quel smartphone sous Android. Aujourd’hui, son outil est encore plus perfectionné.

Sur son site officiel, la société explique que son UFED – pour Universal Forensic Extraction Device – est désormais capable d’« effectuer une extraction complète du système de tout périphérique iOS ».

Que les utilisateurs se rassurent, Cellebrite n’a pas pour objectif de hacker l’ensemble des smartphones de la planète. La société israélienne fournit ses services à des entités habilitées à extraire ce type de données pour des raisons légales et de sécurité.

En 2015, l’UFED avait permis au FBI de pirater l’iPhone 5C de l’un des tueurs de l’attentat de San Bernardino.

Ils sont plusieurs à tenter de se démarquer sur le marché des outils légaux d’extraction de données. Mais désormais, l’outil de Cellebrite se différencie de son principal concurrent Grayshift puisqu’il permet aux autorités habilitées de mettre la main sur les codes, modes de passe, fichiers, ainsi que les données supprimées de l’ensemble des smartphones Android et iOS, toutes versions confondues.

Si ce genre d’outils est supposé être utilisé dans un contexte particulier par des organismes habilités, il se pourrait tout de même qu’il se retrouve entre les mains de personnes mal intentionnées. Plus simple encore, il suffit d’y mettre le prix pour mettre la main dessus. Début 2019, l’UFED est apparu sur le marché public. Autrement dit, une personne qui en a les moyens peut se l’offrir et l’utiliser comme il le « souhaite ».