La guerre commerciale continue entre les États-Unis et la Chine. Un climat tendu dans lequel Huawei semble être la cible à abattre tant les grands noms des télécommunications prennent leurs distances avec le constructeur chinois. Pour pallier cela, Huawei développe son propre Play Store et demande aux développeurs de publier leurs apps sur son shop.

Depuis plusieurs semaines déjà, Huawei est sur la liste noire des États-Unis. Abandonné par Google et donc son très important Android et tout ce que cela représente (applications Google et Play Store), ainsi que d’autres grands noms américains, le constructeur chinois s’organise pour faire face à cette situation.

Afin de pallier le retrait d’accès au Play Store, Huawei va miser sur son propre shop d’applications, AppGallery. Un app-store qui existe déjà depuis quelques années, mais qui était principalement réservé au marché chinois et quelques autres marchés occidentaux.

Selon le site XDA, le constructeur chinois aurait contacté de nombreux développeurs d’applications pour leur suggérer de publier leurs créations sur son app-store.

Comme argument, Huawei précise que son magasin d’applications se trouve sur les 350 millions de smartphones livrés au cours des deux dernières années. Le constructeur précise également dans son mail que son store comptabilise déjà 270 millions d’utilisateurs actifs par mois.

Si Huawei arrive à convaincre un grand nombre de développeurs, le constructeur pourra proposer une offre importante d’applications sur son store et ainsi devenir une alternative intéressante du Play Store de Google. L’entreprise chinoise s’engage à aider les développeurs qui souhaitent publier sur l’AppGallery.

En parallèle de cette démarche, Huawei serait en train de confectionner son propre système d’exploitation, Ark OS, et serait prêt à le déployer sur ses prochains smartphones. Le constructeur chinois serait donc capable de survivre sans l’appui de Google, de son Android et autres applications.