La Station Spatiale internationale va ouvrir ses portes aux touristes spatiaux dès 2020. La NASA a annoncé qu’elle accepterait que des sociétés privées organisent des vols spatiaux à destination de l’ISS pour un séjour d’un mois maximum et avec une limitation de deux voyages par an. 

Le tourisme spatial connaît un regain de popularité depuis quelques années. Les projets privés liés à ce tourisme très particulier se multiplient et se développent très rapidement. L’annonce de la NASA devrait d’ailleurs accélérer les choses. 

Cette ouverture de l’ISS à tourisme fait partie d’« une stratégie globale visant à faciliter la commercialisation de l’orbite terrestre basse par des sociétés américaines ». Elle comporte deux objectifs principaux. Le premier est d’étudier et de prévenir les risques que représentent ce type de missions commerciales. Le second est évidemment de devancer la Russie et son projet d’envoyer des touristes vers l’ISS en 2021.

Dans les faits, les missions touristiques au sein de l’ISS seront limitées à deux par an, à partir de 2020, et les séjours ne pourront pas excéder une période d’un mois. Outre l’aspect commerciale et touristique, les astronautes en herbe devront mener des « activités » sur l’ISS préalablement discutées avec la NASA. 

Pour pouvoir embarquer dans la station, les entreprises privées devront soumettre un « livre blanc » informant la NASA des objectifs de la mission : durée, nombre de membres d’équipage, formation de chacun, le type d’activités qui sera réalisé à bord. 

Évidemment, les candidats pour ces missions touristiques devront se conformer aux exigences de formations de la NASA.
 Ils devront également respecter les normes médicales imposées par l’agence spatiale.

La NASA n’aborde pas le prix que ces missions représentent, mais on peut facilement imaginer que ces vacances extra-orbitales ne seront pas accessibles à tout le monde.