Pour faire face à un risque croissant de cyberattaque, le gouvernement japonais envisage l’utilisation de virus en tant que mesure strictement défensive.

C’est actuellement une solution considérée par le ministère de la Défense du Japon qui envisage le développement d’un malware pour se défendre, en confiant sa conception à des sociétés privées.

Développé dans un but dissuasif, un tel virus serait utilisé afin de pouvoir se défendre face à une cyberattaque en accédant au cœur du système des ordinateurs utilisés par des hackers, attaquant le système informatique du gouvernement japonais.

Comme le rapporte le Japan Times, le Japon est en effet à la traîne dans le domaine de la défense numérique qui compte moins de 200 personnes rattachées à la sécurité de son cyberspace. Le pays du soleil levant fait pâle figure à côté des États-Unis (6.200), de la Corée du Nord (7.000) et de la Chine (130.000).