Après un an et demi d’early access, le jeu de survie du studio Black Forest Games sort enfin dans sa version définitive. Le survival se démarque par son univers atypique et son gameplay en partie inspiré de Dark Souls. Un concept séduisant sur le papier qui avait pourtant tout à prouver…

Un hiver éternel

Fade to Silence nous plonge dans un monde post-apocalyptique où la vie semble s’être éteinte après l’arrivée d’un long hiver. À travers les terres glacées, le joueur incarne Ash, un père de famille qui tente tant bien que mal de survivre avec sa fille dans cet environnement inamical. Une hostilité qui ne se limite pas à l’hiver glacial puisqu’un esprit maléfique plane sur les plaines, faisant apparaître des démons et corrompant les terres. Autant dire que la survie ne sera pas des plus simples.

En mode exploration ou survie, l’aventure s’avère effectivement complexe puisqu’il faudra prendre en compte de nombreux aspects. La survie de notre personnage sera conditionnée par sa faim et sa température. Deux éléments vitaux auxquels le joueur devra prêter une grande attention, mais les maintenir à un bon niveau sera aisé. En effet, la gestion de la survie de notre personnage ne sera pas toujours simple. Si un bon repas et un bon feu font l’affaire – le joueur pourra en créer à tout moment tant qu’il dispose des composants -, rétablir sa santé sera compliqué étant donné que les potions ne servent (presque) à rien. Au final, la sieste sera le meilleur moyen de réchauffer et de remettre sur pied Ash. Ajoutons à cela les conditions climatiques hostiles (blizzard, éclipses) et voici le cadre dans lequel Fade to Silence plonge le joueur.

Sauf que le titre ne s’arrête pas là. Si l’exploration et la survie représentent un grand pan du gameplay, la gestion aura également sa place dans le jeu puisque durant l’exploration, notre cher Ash pourra recruter les quelques survivants qu’il croisera. Une fois qu’ils ont rejoint son village, il faudra développer les infrastructures (habitation, forge, hutte de soin) et occuper les bonshommes. En plus de prendre soin de notre explorateur en herbe, les villageois demanderont également une attention particulière ; nourriture, température, occupation.

Mais la survie de notre héros et de son village repose essentiellement sur l’exploration, seul moyen pour récolter des ressources et fabriquer de nouveaux objets de survie ou de défense. Parcourir les terres glacées sera également l’occasion pour Ash de découvrir quel mal sévit sur le monde et ce qu’il est vraiment arrivé à l’humanité.

Confrontations lourdes et sans intérêt

L’exploration sera quelque peu ralentie par les sbires envoyés par le « démon ». Le joueur pourra tenter de se faufiler sans se faire apercevoir ou préférer la confrontation, à ses risques et périls puisque les combats ne sont pas vraiment un point positif du jeu.

Notre personnage s’avère assez lourd dans ses mouvements et ses armes (massue, hache, arc à flèche) ne font que peu de dégât en comparaison aux démons. D’autant que chaque coup grignotera rapidement la barre d’endurance d’Ash. Il faudra donc suivre une certaine chorégraphie pour venir à bout de ses créatures horrifiques ; frapper, reculer, attendre que son endurance se régénère et rebelote. Pendant ce temps, on peut tenter d’éviter les coups, mais la réactivité d’Ash ne s’avère pas des plus salvatrices.

Si les confrontations déçoivent un peu, les monstres nourrissent l’ambiance du titre de Black Forest Games. En effet, le jeu veut instaurer une atmosphère maléfique et y arrive plutôt bien. Les terres sont esseulées et hostiles envers notre héros, les créatures ont une dégaine malfaisante et peuvent se mettre à courir pour exploser à côté de nous, mais la vraie patte du titre repose sur la présence permanente de la voix de l’esprit maléfique. Celui-ci suit en permanence les déplacements d’Ash et commente ses moindres faits et gestes. Des commentaires macabres et décourageants pour le joueur en tout cas puisqu’Ash ne semble pas y prêter attention, ce qui est dommage.

Bien que Fade to Silence reprenne certains traits du jeu de gestion qu’il incorpore au survival, l’aventure se révèle rapidement répétitive. Les amateurs de gestion pourront tout de même trouver leur compte dans l’exploration et amélioration de leur village. Sinon, le mode coopératif pourra toujours égayer la partie. À noter qu’il est impératif d’avoir recruté au moins un habitant pour débloquer ce mode.

Si on pouvait pardonner les quelques défauts du gameplay de Fade to Silence, la présence de nombreux bugs et crash lui désert, d’autant que le titre a été proposé en accès anticipé pendant un an et demi.

Une bonne ambiance globalement

Sans être d’une atrocité ou d’une beauté incroyable, Face to Silence reste agréable à l’œil. Rien de très révolutionnaire, mais on aurait du mal à cracher sur ses graphismes. En réalité, le titre de Black Forest Games est visuellement passable, notamment dans ses décors qui créent une vraie atmosphère glacée et pesante. Quant aux personnages, amis ou ennemis, ils sont correctement modélisés. On soulignera tout de même le travail réalisé sur le design des créatures maléfiques, même si elles ne sont pas d’une grande diversité.

Du côté de l’ambiance sonore, on a quelque chose de très épuré qui correspond parfaitement à l’atmosphère globale. Quelques bruits de pas, des animaux, des objets, un silence relatif qui souligne justement parfaitement la présence des monstres à proximité. En effet, les monstres se manifestent par le bruit avant d’être dans notre champ de vision. Un aspect qui apporte vraiment un côté angoissant d’autant qu’il s’agit de grognement ou de forte respiration.

Conclusion

Si le titre de Black Forest Games parvient à se créer sa propre identité en mélangeant les genres et plongeant le joueur dans un univers atypique, Fade to Silence ne parvient pas tout à fait à convaincre, la faute à un gameplay pataud, des bugs en pagaille et un manque flagrant de finition. Malgré son année et demie en accès anticipé, le jeu contient encore de nombreux bugs et crashe régulièrement. Répétitif par nature, le titre de Black Forest parvient toutefois à séduire avec son univers glacé, son ambiance morose et son concept qui sort des sentiers battus. On y retrouve une petite dose de Conan Exiles, à la sauce Survival. Certainement pas le jeu de l’année mais assurément un bon divertissement.

Fade to Silence

6.1

Gameplay

5.5/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

7.0/10

Finition

5.0/10

Les + :

  • Une ambiance globale réussie
  • Un soin apporté au sound design
  • Gestion du village plutôt complète
  • La coopération à deux
  • Un univers atypique

Les - :

  • Des combats lourds et imprécis
  • Trop de bugs
  • Assez répétitif
  • Le scénario, moyennement intéressant