La Chine étudie une interdiction totale du minage de cryptomonnaies. Les raisons seraient liées à l’impact énergétique et environnemental qu’une telle pratique entraîne.

La Chine est connue pour être le pays accueillant le plus de ferme de minages de cryptomonnaies au monde et son gouvernement envisage maintenant de bannir toute possibilité en la matière. C’est à la suite d’une consultation publique lancée le 8 avril par la Commission nationale pour le développement que cette possibilité est étudiée.

L’objectif est de définir certaines limites industrielles en plusieurs catégories et si un secteur doit être encouragé, restreint ou éliminé. Le minage de cryptodevises étant donc envisagées pour être rangées dans cette dernière catégorie, même si cette possibilité est encore à l’étude puisque la consultation est engagée jusqu’au 7 mai.

Comme il a été annoncé lors de cette consultation, les activités industrielles devant être éliminées sont des activités qui « gaspillent gravement les ressources et polluent l’environnement ».

Or, le minage de cryptomonnaies est une activité qui est très énergivore qui consiste à ce que de puissants ordinateurs, fonctionnant à longueur de temps, effectuent des opérations de calculs afin d’être rétribué en retour par un fragment de cette monnaie virtuelle.

Cette industrie a longtemps été tolérée en Chine, à tel point que le pays tient la place de numéro 1 sur le marché de la production de cryptoactifs. D’après Les Échos, l’état chinois hébergerait plus de la moitié de la puissance de minage du monde.

Si cette décision venait à être actée par le gouvernement chinois, ce serait la porte ouverte à une transition vers d’autres pays. Le cas échéant, ce pourrait être un coup dur pour les acteurs du marché qui pourrait avoir de fortes conséquences sur le cours du Bitcoin, ainsi que des autres cryptodevises.