Qui dit film Lego dit forcément jeu vidéo tiré du film. On n’échappe pas à la règle avec la sortie de La Grande Aventure Lego 2, Warner Bros. Interactive Entertainment et TT Games nous offre une suite à La Grande Aventure Lego. Reste à voir si le jeu vidéo est à la hauteur du film.

C’est presque devenu une règle d’or et un rendez-vous incontournable. Tous les 4 ou 5 mois, Warner Bros. Interactive Entertainment nous fait la joie de nous proposer un nouveau titre Lego adapté – ou non – du film ou de la saga du moment. Avec la sortie au cinéma de La Grande Aventure Lego 2, il est logique qu’on profite d’une version vidéoludique.

Développé comme à chaque fois par le studio anglais TT Games, le titre avait beaucoup de chance de n’être qu’un simple skin des versions antérieures. Mais à notre grande surprise, La Grande Aventure Lego 2 tente de se renouveler tout en conservant le matériau d’origine et l’ADN de la franchise.

Exploration spatiale à la recherche de ses amis

Le scénario du jeu se base sur celui du film, prenant place juste après les événements du premier volet. Ceux qui n’auraient vu ni le premier ni le deuxième pourront être un peu largués dans l’histoire, ne pas comprendre la relation et les comportements de certains personnages, mais on s’en tire quand même facilement. En effet, le titre prend des libertés par rapport au scénario du film. Il ne suit pas, chapitre par chapitre, les événements de l’œuvre cinématographique comme à l’accoutumée. Et c’est un plus. 

On retrouve donc notre héros Emmet et ses amis dans la ville ravagée de Bricksburg, qui rappelle étrangement l’univers post-apocalyptique de Mad Max. La forteresse érigée ne protégera pas Emmet et ses amis puisque des aliens du système Sistar (ou Soeurstar) – qui ressemblent étrangement à des Duplo – viendront kidnapper ces derniers. Tentant de repousser les vagues d’extraterrestres, notre héros et sa fidèle acolyte Lucy ne reculeront devant rien pour venir en aide à leurs amis. Une tâche qui les fera voyager à travers plusieurs galaxies pour tenter de retrouver leurs amis sains et saufs.  

Fidèle à l’ADN de la franchise Lego, le titre donnera lieu à des scènes absurdes, à la fois drôles et loufoques. Chaque personnage a sa personnalité, allant de totalement niais à courageux et volontaire.

Constructions à tout va

En plus de prendre du recul par rapport à l’histoire dont il s’inspire, le jeu se différencie de ses prédécesseurs au niveau du gameplay. Sur base de ce que les autres proposaient (casser des briques, récolter des pièces et des objets à collectionner), La Grande Aventure Lego 2 a le mérite de proposer une sorte de système de crafting qui rappelle LEGO Worlds, avec un système de construction plus pointu.

Celui-ci ne se limite pas à forcer le jouer à récupérer des pièces d’éléments détruits pour ensuite construire des objets à un moment précis. Ici, il est avant tout question de savoir construire. En réalité, nos héros doivent d’abord obtenir les notices des objets à construire avant de pouvoir se mettre à la tâche. Ensuite, ils doivent récupérer des pièces particulières et, enfin, se rendre dans le mode construction pour fabriquer les différents éléments.

Ces constructions peuvent être réalisées à l’infini, du moment qu’on dispose des bonnes pièces. Elles s’avèrent plus ou moins utiles en fonction des situations, notamment des énigmes ou des passages difficiles ; trampoline, générateur, arroseur, etc. Mais il est aussi possible de fabriquer des immeubles et des véhicules qui permettront de se déplacer plus rapidement et d’attaquer ses ennemis avec plus de force. De ce mode en ressort un sentiment de plus grande liberté que dans les titres précédents. 

Au fur et à mesure de la progression et de la libération des petits copains d’Emmet et Lucy, les compétences et outils seront augmentés. Ainsi, Lucy pourra scanner des objets avec ses jumelles, peindre des objets grâce à une baguette magique, souder des objets et compagnies. Le joueur pourra d’ailleurs facilement passer d’un outil à l’autre grâce à un système de menu déroulant en bas de l’écran. Un aspect intéressant qui peut parfois s’avérer fastidieux lorsqu’il faut jongler entre plusieurs compétences à la fois.

Ces capacités et objets spéciaux seront évidemment nécessaires pour progresser dans l’histoire, mais ils seront également bien utiles pour compléter les nombreuses quêtes annexes. On soulignera également l’aspect davantage ouvert des mondes qui ont le mérite d’exister dans le cas des quêtes annexes, mais qui s’avèrent totalement inutiles tant il n’y a aucun intérêt.

Côté combat, on reste dans l’univers Lego avec la très simple – mais ô combien efficace – technique de taper comme un bourrin pour massacrer les ennemis. On notera tout de même l’apparition de l’une ou l’autre attaque spéciale qui permettra d’éviter d’enchaîner les massacres individuels, ainsi que des séquences de combats plus élaborées en présence de boss.

Malheureusement, les critiques qu’on a pu faire aux précédents volets de la série auront tendance à se répéter ici. Notamment, une caméra capricieuse qui n’arrive pas forcément à suivre notre personnage lorsque les mouvements sont trop rapides. Autre point faible visuel, l’appréciation des distances qui peut souvent mener à la chute. A côté de cela, on peut également reprocher au jeu de TT Games sa grande répétitivité et ses temps de chargement beaucoup trop longs.

Univers uniques, mais aucune doublure

Comme dans les autres jeux de la série, la bande sonore se veut minimaliste. Les dialogues ne sont qu’écrits, TT n’ayant engagé aucun doubleur. Le scénario étant ce qu’il est, on se retrouve rapidement à lire l’équivalent d’un roman plutôt que de véritablement jouer. Ces passages viennent d’ailleurs couper la tension et l’excitation du jeu et ont tendance à s’éterniser… C’est d’autant plus regrettable que TT Games aurait très bien pu faire appel aux doubleurs du film. 

Comme on pouvait s’y attendre, l’univers et les mondes développés sont surchargés de couleurs. Chaque niveau a sa propre identité visuelle ce qui est une bonne chose. Cela permet de varier l’aventure, mais le réalisme des textures semble avoir été mis de côté pour ne laisser qu’un vrai aspect de brique triste. S’il est plutôt joli, le titre manque donc cruellement de vie et peine à se démarquer des autres productions Lego, malgré quelques petites nouveautés… 

Conclusion

S’il propose des nouveautés au niveau de son gameplay, notamment avec un mode construction et des séquences de combats plus élaborées contre les boss, La Grande Aventure Lego 2 : le Jeu Vidéo ne parvient pas vraiment à se distinguer des autres opus de la série de par ses mécanismes ancestraux et son gameplay très répétitif. On notera tout de même la distance qu’il prend par rapport au scénario de base pour construire son aventure non plus par chapitre, mais par des niveaux cohérents. Les fans de la franchise et du film trouveront évidemment leur compte avec ce titre qui reste tout de même agréable à parcourir mais qui n’apporte finalement pas beaucoup de sang neuf à la franchise et souffre toujours de très vilains défauts.

La Grande Aventure LEGO 2 : Le Jeu Vidéo

6

Gameplay

6.0/10

Contenu

7.0/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

5.0/10

Finition

5.5/10

Les + :

  • Un gameplay toujours efficace
  • Le mode construction, un joli ajout
  • Un contenu riche
  • Quelques bonnes idées

Les - :

  • Pas de doublages français, trop de lignes à lire
  • Des temps de chargement trop longs
  • Une caméra capricieuse et souvent dans les roses
  • Répétitif
  • Des mondes ouverts sans grand intérêt