De nombreuses universités, principalement nord-américaines, ont été la cible d’attaques de hackers. Lancée par des pirates informatiques chinois, l’objectif était de pouvoir récupérer des données militaires.

Ces informations sont en effet le fruit d’une étude réalisée par la société iDefense. La société américaine, spécialisée dans la cybersécurité, révèle que 27 établissements scolaires ont été visés par cette attaque qui remontre à avril 2017.

Le but de cette cyberattaque était de récupérer des informations militaires stratégiques en ciblant des centres de recherches universitaires. Ces informations consistaient à des plans, des dessins techniques liés aux sous-marins ainsi que des données quant à leur situation et leurs déplacements.

Les universités sont des cibles de choix pour les hackers, puisque ces établissements sont plus fragiles que les administrations, mais peuvent s’avérer riches en informations sensibles.

Ces hackers ont utilisé une technique d’hameçonnage en envoyant des e-mails paraissant comme officiels. Cela afin de s’immiscer dans les réseaux informatiques des écoles et de facilement récupérer les données voulues.

On recense entre autres parmi les écoles ciblées le MIT, le fameux Massachusetts Institute of Technology, mais également l’Institut océanographique de Woods Hole. Toutes les universités concernées entretiennent des liens avec cet institut, qui est également un centre de recherche dans les domaines de l’ingénierie marine.

Ces cyber pirates ont réussis à être localisés et identifiés puisque les réseaux de ces différents centres de recherche étaient connectés à des serveurs situés en Chine. Ces data center sont contrôlés par un groupe de pirates chinois bien connus des spécialistes.

Comme le précise l’étude révélée par le Wall Street Journal, il s’agit du même groupe qui avait déjà tenté des attaques envers des entreprises en relation avec la marine, afin de récupérer des données militaires liées à des sous-marins.