Le constructeur chinois a essayé de lancer le Meizu Zero, un smartphone sans aucun trou de connectique ou de haut-parleur. Finalement, le constructeur annonce qu’il n’en sera rien.

En janvier dernier, Meizu a testé les eaux en mettant un de ces projets de smartphone sur la plate-forme de financement participatif Indiegogo. Vendu 1299$ l’unité, il n’avait réussi à collecter qu’environ 46.000$ sur les 100.000 demandés.

Alors que certains partisans du smartphone ont exprimé leur déception sur le forum de la marque, cela n’a pas laissé tout le monde indifférent. Puisque cela était sans compter sur une déclaration en personne du fondateur et CEO de Meizu, Jack Wong.

Ce projet de financement participatif n’était qu’une blague du département marketing. Le téléphone sans trou n’est qu’un projet préliminaire du département R et D et nous n’avons jamais eu l’intention de le fabriquer à une échelle industrielle.

Ce modèle, le Meizu Zero était un projet ambitieux puisqu’il était dépourvu de trou et était donc résistant à l’immersion. Tel qu’annoncé sur la page, le smartphone ne possède aucune possibilité de connectique ni de trou pour les haut-parleurs et encore moins de ports de carte SIM.

Il aurait donc fallu recourir à de la charge sans fil afin de le recharger. De plus, cela obligeait à utiliser des appareils Bluetooth pour l’audio et à recourir au nouveau standard de cartes SIM électroniques, les cartes eSIM.

Il faut dire que le smartphone était tout de même venu à un prix loin d’être raisonnable. Les composants annoncés étaient loin de convaincre quant aux composants utilisés compte tenu du prix. Il était par exemple annoncé que le Qualcomm 845 serait utilisé en guise de processeur. On est donc loin des composants derniers cris qui équipes les modèles vendus à ce prix. Le Meizu Zero avait donc, sans surprise, de la peine à convaincre.

Fort heureusement pour les 29 personnes ayant été convaincues par le projet, aucun engagement pécunier n’a été encaissé. On peut donc se demander comme aurait pu réagir le constructeur chinois si le projet avait réussi à tenter suffisamment de personnes.