Chaque année, le géant américain réalise une étude interne pour s’assurer de la bonne rémunération de ses employés en fonction de nombreux critères. L’étude de 2018 a révélé un problème d’inégalité salariale, certains ingénieurs masculins étaient moins bien payés que des ingénieurs féminins de même grade.

Les résultats de l’étude ont été communiqués aux employés début janvier 2019 et ont déjà fait l’objet d’un réajustement salarial à la hausse pour les personnes concernées. Sur son blog, le géant américain affirme avoir dégagé un budget de 9,7 millions de dollars pour corriger les salaires de 10.677 « googlers », sans préciser le pourcentage des hommes sous-payés. Une bonne chose pour les employés du géant américain. 

Lauren Barbato, analyste en chef de Google pour l’équité salariale et l’analyse des personnes, indique sur le blog ; « notre analyse d’équité salariale garantit que la rémunération est juste pour les employés occupant le même poste, au même niveau, au même endroit et au même rendement ». Le salaire d’un collaborateur est défini par un algorithme qui se base sur plusieurs aspects ; le type et le niveau du travail, le lieu et les performances de l’employé.

Les résultats de l’étude de Google sont vraiment très étonnants, d’une part car dans la majorité des cas d’inégalités salariales ce sont les femmes qui en souffrent, d’autres parts, le géant américain – qui a récemment été au centre d’une sombre affaire de harcèlement sexuel – fait l’objet d’un recours collectif de discrimination salariale.

Le recours en question dénonce – entre autres – le fait que des femmes aient été embauchées à des postes moins bien rémunérés malgré leurs compétences équivalentes à leurs collègues masculins qui occupent un poste supérieur. Si ces accusations sont révélées justes, cela pose des questions éthiques.

Selon le média Wired, les femmes resteraient bloquer à des postes inférieurs que leurs collègues masculins, sans bénéficier d’évolution de carrière équivalente. Ce qui, de nouveau, pose des questions éthiques quant à la manière dont Google valorise les employées femmes.