Dès le 1er mars, les clients Pay & Go de Proximus auront droit jusqu’à 10 fois plus de données mobiles s’ils achètent leurs recharges en ligne. Un changement de stratégie de l’opérateur qui vise à pousser ses clients à être plus autonomes et à recharger leurs numéros sans passer systématiquement par une boutique Proximus… La méthodologie pose toutefois question. 

Si l’augmentation du volume en données mobiles est une excellente nouvelle pour la clientèle de Proximus, ceux qui ignorent comment effectuer une recharge en ligne, utiliser l’application MyProximus et qui passent systématiquement par les boutiques pour recharger leur carte seront clairement désavantagés face aux clients familiarisés avec le shopping en ligne. La fracture numérique se fait ressentir et exclut de l’équation toute une tranche de la population – principalement les seniors qui n’ont pas reçu l’aide nécessaire pour se “former” au numérique et acquérir les bons réflexes.

Ces clients de l’opérateur ne pourront pas bénéficier des mêmes avantages que le reste de la clientèle Proximus.

Bien sûr, chaque client est libre de passer commande en ligne, de passer à un abonnement si les nouvelles conditions ne lui conviennent pas, voire même de faire jouer la concurrence. Il n’empêche que pour certains, cette différence de traitement pose question. La démarche de Proximus ne fera dès lors qu’amplifier cette “fracture numérique” auprès d’une certaine tranche de la population.

Une partie des seniors daigne à souscrire à une formule d’abonnement. Pour beaucoup, le prépayé est la seule solution disponible – pour leur budget et leurs besoins. L’internet mobile n’est pour eux pas une priorité, mais le fait de ne pas leur offrir systématiquement du data à chaque recharge est une partie du problème. Les clients qui rechargeront en boutique leur Pay&Go n’en restent pas moins lourdement désavantagés par les nouvelles conditions de l’opérateur.

Du côté de Proximus, on tient à rassurer : “On ne vise pas spécialement les seniors avec une offre comme celle-ci – et ils ne vont pas voir leur offre modifiée. Il n’y a pas d’augmentation de prix” explique Haroun Fenaux, le porte-parole de l’opérateur.