Depuis quelque temps, le service de streaming est la cible de nombreuses critiques à propos de ses sous-titres. Des remontrances qui viennent autant des internautes et abonnés que de la part des professions du sous-titrage.

Le vice-président de l’association des Traducteurs, Adaptateurs de l’Audiovisuel, Sylvestre Meininger s’est penché sur le problème des mauvaises traductions des sous-titres. Il s’est concentré sur le film phénomène du moment, Roma.

Après avoir analysé la version française des sous-titres du film, Sylvestre Meininger estime que la traduction est de piètre qualité. Si elle permet parfaitement de comprendre l’histoire du film, elle joue énormément sur la réception de celui-ci.

Capture d’écran Netflix (Roma) – mauvaise traduction de “No response” par “pas de réponse” pour signifier qu’un coeur ne battait plus. (Journal du Geek)

Le traducteur a relevé plusieurs problèmes dans les sous-titres du film, notamment l’alternance entre un français d’antan et un français moderne qui choque lorsqu’on essaye de profiter de l’oeuvre.

Des traductions faites par la communauté

Netflix est disponible dans de nombreux pays à travers le monde. Une internationalisation qui implique forcément de traduire ses contenus. Or, le sous-titrage de films, séries et documentaire à un coût et celui-ci varie énormément en fonction de plusieurs caractéristiques (longueur, difficulté, volume des sous-titres). Mais Netflix n’est pas forcément prêt à débourser de l’argent pour ça. Heureusement, le service de streaming peut se reposer sur sa communauté pour faire le travail gratuitement.

Évidemment, cette main-d’oeuvre gratuite a aussi des aspects négatifs, notamment la qualité des sous-titres. Un problème auquel Netflix avait essayé de trouver une solution en 2017 en annonçant la mise en place d’un programme pour les amateurs adeptes du sous-titrage. Les fan-subbing (sous-titreurs amateurs) étaient payés 12 dollars la minute de sous-titres. Un programme intéressant, surtout pour ceux qui le faisaient avec plaisir et gratuitement. Et ceux qui espéraient se faire une montagne d’argent ont été vite déçus puisque traduire et sous-titrer une minute de dialogue demande une heure et demie de travail.

C’est ce qui peut expliquer la mauvaise qualité des sous-titres. Au-delà des fautes d’orthographe et de grammaire, certaines expressions étrangères exigent de faire un vrai travail de recherche pour trouver une traduction équivalente en français ou autre. Par exemple, dans le film Raging Bull, la célèbre réplique de Robert de Niro “You f*ck my wife ?” est traduite par “Tu as courtisé ma femme ?”. Si on comprend le fond de la phrase, le ton et tout ce qu’elle implique sont perdus dans la traduction.

Sur Twitter, de nombreux abonnés Netflix s’amusent à partager leurs petites trouvailles de dialogues mal traduits.

Développant toujours plus son offre et s’engouffrant dans les cérémonies du cinéma les plus prestigieuses – Roma est nommé aux Oscars -, Netflix pourrait peut-être revoir sa politique en termes de sous-titres.