Qualifio, le logiciel qui propose une bibliothèque de contenus interactifs à ses clients, s’étend. C’est à Cologne que la startup ouvre un nouveau bureau.

Le futur est interactif” pour Qualifio. Cette startup créée en 2011 veut permettre à ses clients de créer du contenu interactif pour son marketing. Au passage, les entreprises peuvent récolter des informations uniques et sur-mesure sur leurs consommateurs.

Un concept qui a déjà fait ses preuves en Europe

Olivier Simonis et Serge Rappaille, créateur de Qualifio, ont élaboré une bibliothèque facile d’utilisation. C’est sur cet outil que le logiciel s’appuie et les clients sont au rendez-vous. Le client peut chercher l’interactivité qu’il souhaite comme un quiz, un sondage, une galerie photo ou un jeu-concours. Il n’y a plus qu’à customiser l’élément aux couleurs de la marque, et d’ajouter le contenu souhaité. “Ça permet aux gens de le faire eux-mêmes“, explique Olivier Simonis. La bibliothèque est mise à jour régulièrement pour proposer de nouveaux éléments interactifs. Libre à eux de publier les contenus sur les supports souhaités, site web, réseaux sociaux…

À noter que le service ne s’adresse pas aux particuliers, mais plutôt aux grandes entreprises. Comptez entre 1 000 euros et 10 000 euros (en fonction de l’utilisation) par mois pour l’utilisation de Qualifio.

Initialement installée à Louvain-la-Neuve, la startup s’est rapidement installée en France à Paris avec une dizaine de personnes. Ensuite Amsterdam, puis Madrid. La startup vise l’Allemagne depuis quelques temps, le projet se concrétise. D’ici deux à trois mois, un nouveau bureau ouvrira à Cologne : “l’Allemagne c’est vraiment notre plus gros défi à court terme” souligne le cofondateur de Qualifio. “La qualité du service est capitale, il faut toujours être réceptif et à l’écoute du client” pour que l’implantation soit une réussite pour Olivier Simonis.

Un logiciel qui fait gagner en autonomie

L’idée est née chez Olivier Simonis quand il s’est confronté à la création de contenu interactif en entreprise : “Chaque fois on avait ce genre de besoin et chaque fois il fallait passer par le service technique, et chaque fois on était coincé quoi. Je me suis dit tiens pourquoi on ne crée pas une application qui va permettre aux gens d’être complètement indépendant du service technique et de gérer leurs propres interactivités“.

Avec Serge Rappaille, ils créent donc cet outil qui permet d’animer leur communauté tout en collectant des données, de manière autonome. L’enjeu est de “redonner un peu le pouvoir ou la responsabilité ou les outils aux équipes” selon Olivier Simonis. Une responsabilité marketing qui s’appuie aussi sur la collecte de données des consommateurs.

Une collecte de données également autonome

Ce logiciel SaaS (Software as a Service, c’est-à-dire qu’il est disponible en ligne directement via un navigateur) permet aux clients de collecter et d’établir des profils d’internautes grâce aux données récoltées. Ils peuvent alors se créer une base de données de leurs consommateurs sur mesure. Une récolte légale, puisqu’elle est réalisée avec le consentement de l’utilisateur.

Comme exemple, Olivier Simonis cite Kinepolis : “Ils n’ont pas de contact avec les gens qui vont au cinéma, ils achètent leurs tickets, un paquet de popcorn, ils voient le film et sortent, voilà c’est fini. Tu ne donnes pas ton nom, ton adresse e-mail.” Qualifio permet de créer par exemple un concours de costumes Star Wars. Ici, l’entreprise peut récolter les coordonnées des participants. “Sur base d’une action interactive ils vont générer de la notoriété, ils vont générer des gens qui vont s’inscrire et ils vont générer leur base de données clients et prospects“. À noter que la base de données créée appartient totalement au client.

Un outil précieux pour les marques et leurs stratégies marketing. Après le défi de l’Allemagne, Qualifio se lance déjà sur un nouveau terrain : “on a une personne (bientôt deux) qui s’occupe du marché scandinave. Le marché scandinave a très très bien marché aussi“.