Une nouvelle tentative d’arnaque massive sévit actuellement sur la toile, et ce, depuis le mois de janvier. Elle se manifeste sous la forme d’un mail qui pousse les destinateurs à payer une rançon pour récupérer les mots de passe volés. Une fausse menace à laquelle il est déconseillé de céder.

L’Office central de lutte contre la criminalité liée à la technologie de l’information et de la communication français (OCLTIC) met en garde les internautes à propos d’une tentative d’arnaque par mail. Depuis le début du mois de janvier, près de 10.000 personnes ont signalé avoir reçu ce mail dans leur boite de réception. Un chiffre important qui représente près d’un tiers des signalements enregistrés au cours de l’année 2018.

« Je suis un hackeur qui a piraté vos appareils » alarme les destinateurs du mail. Pris de peur, les internautes sont prêts à payer les 500€ exigés dans le message. Mais selon l’OCLTIC, le message serait totalement inoffensif du moment où on n’y répond pas. En effet, il est très souvent déconseillé de répondre à ce genre de mail. Si vous recevez un message de ce genre, prenez contact avec les autorités compétentes.

« Vous avez visité un site porno », « 500 euros est un juste prix pour nos petits secrets » indique le message. Le pseudo-hackeur derrière ce message propose un délai de 48 heures à ces potentielles victimes pour régler la somme en bitcoin. En cas de refus, celui-ci menace d’envoyer les enregistrements à tous les contacts de la victime.

Cette campagne était déjà active en 2018, mais elle semble avoir pris beaucoup plus d’ampleur au cours du mois de janvier, comme l’indique le patron de l’OCLTIC, François-Xavier Masson à l’AFP.

Une nouvelle fois, si vous recevez ce type de mail ou un message suspect, il est conseillé de ne pas y répondre. Si cette tentative d’arnaque sévit en France, elle peut très bien avoir traversé la frontière.

Vous pouvez signaler les mails suspects en les transférant à l’adresse suivante : suspect@safeonweb.be. Rendez-vous sur le site Safe On Web pour davantage d’informations de préventions.