Une flotte des robots-voituriers va faire son entrée à l’aéroport de Gatwick. Objectif : augmenter la capacité des parkings sans même les agrandir.

Si les places de parking sont les plus souvent délimitées par des lignes blanches, cela n’empêche parfois pas certains automobilistes de s’accorder une voire deux places supplémentaires. Résultat : la capacité des parkings est réduite à cause du manque de savoir-vivre d’une partie des usagers de la route.

À défaut d’une meilleure éducation, les automates sont peut-être la solution idéale pour exploiter au maximum l’espace dans les zones de stationnement. L’aéroport de Gatwick à Londres s’apprête à tester les services de robots-voituriers.

Plutôt que stationner sa voiture, il suffira de la laisser dans une aire de débarquement dédiée et d’appeler le fameux robot. Celui-ci se chargera de soulever le véhicule à l’aide d’un chariot élévateur. Muni d’un GPS extrêmement précis, le voiturier artificiel emmènera la voiture à son emplacement de parking.

Cette opération ne nécessite même pas de laisser ses clés, elle peut donc s’effectuer en toute sécurité.

Ce dispositif permettra de stocker plus de voitures dans le même espace qu’aujourd’hui puisque la distance entre deux voitures sera réduite, les portes ne nécessitant pas d’être ouvertes. Ce qui signifie également que l’aéroport international générera plus de revenus sans débourser un seul sou pour agrandir son parking, à l’exception du coût des robots de stationnement. Gatwick a estimé qu’il serait possible de glisser un tiers de voitures en plus qu’à l’heure actuelle.

Ce test n’a rien d’une première : les aéroports de Paris, Lyon et Düsseldorf ont déjà mené des essais similaires. Les opérations étaient une telle réussite que les clients n’avaient même pas réalisé que des robots étaient en charge du stationnement de leur véhicule.