Face à l’important coût que représentent ses superchargeurs, les tarifs à la borne de Tesla ont fait un bond de 30%. La pilule est difficilement passée pour la clientèle qui a contraint la firme à revoir sa position.

La faible couverture en stations de recharge se présente aujourd’hui comme un frein au développement de la voiture électrique. Là où la plupart des constructeurs peinent à égaler l’essence en termes autonomie et d’infrastructure, Tesla a fait sauter ce verrou en développant ses propres stations de recharge.

Le réseau de superchargeurs Tesla est un véritable exemple et une locomotive pour le secteur, d’autant que la firme a initié un programme de parrainage qui permettait à ses premiers clients de bénéficier de la gratuité à vie dans les stations avant de réduire cette offre à une durée de six mois.

Seulement, cet investissement massif de Tesla rattrape la multinationale à mesure que la flotte de voitures électriques s’accroît. Il y a quelques jours, le PDG de la firme Elon Musk annonçait dans un tweet que le système de parrainage arriverait à son terme dès le 1er février prochain.

Le prix de l’électricité monte en flèche

Plus récemment, une modification dans la tarification des stations de recharge a par ailleurs été annoncée par la firme. Plutôt qu’un prix aligné sur l’ensemble d’une région, il sera propre à chaque station histoire de mieux refléter le prix local de l’électricité.

En définitive, cela représente une importante hausse des tarifs : plus de 30% en moyenne sur l’ensemble du globe. Sur le Vieux Continent, le tarif moyen est passé de 0,28€ à 0,32€ par kWh, d’après les estimations du site Electrek.

Ç’en était trop pour la clientèle de Tesla qui s’est fermement opposée à cette nouvelle tarification. Face à cette levée de boucliers, le constructeur automobile a revu sa position, annonçant que la hausse de prix ne franchirait pas la barre des 10%. Résultat : les prix dans les stations sont repartis à la baisse ce mardi.