12 ans, c’est le temps que les fans auront dû patienter pour avoir enfin droit à une suite digne de ce nom à Ace Combat 6 : Fires of Liberation, qui était à l’époque sorti exclusivement sur Xbox 360.

Si l’on met de côté les multiples spin-off, sortis sur consoles portables et mobiles, et l’épisode Assault Horizon, qui n’avait pas vraiment généré un franc engouement des fans, la série des Ace Combat n’avait plus droit à un nouveau volet depuis 2007, année au cours de laquelle Namco-Bandaï avait eu la drôle d’idée de réserver la sortie du sixième volet à la console de Microsoft.

Malgré ses déboires, la série des Ace Combat n’en reste pas moins l’une des franchises les plus populaires de Namco-Bandaï, avec 14 millions d’unités écoulées, toutes consoles confondues.

Après Assault Horizon, et cette longue période d’attente, les fans de la franchise étaient donc plutôt impatients de retrouver ce septième volet qui s’annonçait très alléchant.

Que les fans se rassurent, Ace Combat 7 reste très fidèle aux précédents volets. Le gameplay, très arcade, se maîtrise rapidement, les gunfights sont passionnants et comme à son habitude, Namco-Bandaï délaisse l’actualité pour nous proposer une aventure purement fictive, dans laquelle le joueur incarnera une jeune pilote qui se retrouve malgré elle enrôlée dans un escadron suicide, en pleine guerre entre les nations d’Oséa et d’Eruséa.

Malgré son scénario fictif, le mode solo d’Ace Combat 7 n’en reste pas moins passionnant. Namco Bandaï s’est inspiré des superproductions hollywoodiennes et nous livre un titre qui use et abuse des flash-backs et développe progressivement l’histoire de son héroïne. Passionnante de bout en bout, l’aventure se révèle globalement très bien rythmée et dépeint un portrait très réaliste d’un conflit purement fictif.

Là où Ace Combat 7 marque des points, c’est au niveau de sa prise en main. Réaliste, le jeu de Namco Bandaï n’en reste pas moins très fun et très accessible. Le joueur est d’ailleurs plongé immédiatement dans le feu de l’action puisqu’il devra faire décoller son F-16 pour descendre un escadron ennemi qui attaque sa base, dès la première mission. Pas de long tutoriel barbant donc, ni de vidéos didactiques. Il faudra apprendre sur le tas à manœuvrer votre zinc. Heureusement, il n’y a rien de vraiment compliqué à tourbillonner dans les airs tout en canardant les ennemis.

ACE COMBAT™ 7: SKIES UNKNOWN_20180719174922

Là où les choses se compliqueront, c’est au niveau des missions. Si le jeu reste accessible, cela ne l’empêche pas de proposer un niveau de difficulté suffisamment corsé pour accrocher les habitués. Dans certaines missions, le joueur devra ainsi voler à raz du sol pour éviter les radars, affronter des drones de combat capables d’opérer des manœuvres impressionnantes et semer des ennemis dans les nuages. Dynamiques, les duels aériens donnent lieu à des chorégraphies superbes et mettront à contribution votre sens du risque et votre tactique. Pour vaincre ses adversaires, le joueur devra parfois prendre de très gros risques, en frôlant les buildings et s’enfonçant dans de gigantesques masses nuageuses sans savoir ce qu’elles cachent.

S’il reste accessible, Ace Combat 7 n’en est pas moins riche en contenu. Le joueur aura d’ailleurs la possibilité d’opter pour les armes de son choix en équipant son jet de différentes armes qu’il débloquera au cours de l’aventure, grâce aux fonds accumulés au cours des missions. Il aura également la possibilité de débloquer différents types d’avions, qui lui serviront dans différents cas de figure.

Si les sensations sont plutôt bonnes durant les combats, on a en revanche la désagréable sensation de piloter un vieux coucou de la Seconde Guerre mondiale lors des plus longs trajets. La lisibilité au cours des missions n’est pas non plus toujours optimale, avec de nombreuses indications qui s’affichent à l’écran. Difficile de savoir ce qu’il est préférable de faire pour réussir sa mission…

Globalement, l’aventure solo n’en reste pas moins très réussie, malgré quelques missions en deçà. Le scénario est efficace, la mise en scène dynamique et les environnements suffisamment variés pour nous faire voir du pays.

Du côté du multijoueur, Namco-Bandaï nous livre une copie presque parfaite, avec des combats jusqu’à 8 joueurs efficaces, à défaut d’être vraiment surprenants. Il est possible de s’y affronter en équipe ou en chacun pour soi. Via les paramètres de la partie, il est possible de choisir les avions qui peuvent être utilisés et ceux qui seront bloqués, pour équilibrer un maximum les affrontements. Seul bémol : le nombre de cartes reste relativement limité puisque seulement 6 cartes sont au programme au lancement du jeu.

On regrettera par ailleurs que l’éditeur n’ait pas fait preuve de plus d’originalité au niveau des modes de jeu, en proposant par exemple un mode battle royale ou des missions scénarisées.

A noter que pour ceux qui en ont l’opportunité, il est préférable d’opter pour la version PS4 du jeu, qui propose un mode VR particulièrement immersif. Deux options VR leur seront proposées. Les passionnés d’aviation pourront ainsi approcher les jets dans un hangar. Ceux qui préfèrent se plonger dans l’action auront accès à plusieurs missions inédites qui se jouent exclusivement en vue à la première personne. Direction le cockpit donc du jet, pour des séquences d’action palpitantes. Ca bouge très, très vite, les sensations sont excellentes et on en vient finalement à regretter que tout le jeu ne soit pas en VR. Seul bémol : pour éviter les vertiges, il faudra faire régulièrement des pauses… Sur Xbox One, il faudra (malheureusement) se contenter d’Assault Horizon, le précédent volet de la franchise, qui est proposé gratuitement aux acheteurs du jeu.

Conclusion

Attendu au tournant, le dernier volet de la série des Ace Combat ne déçoit pas avec ses graphismes photoréalistes, ses missions passionnantes et sa prise en main efficace. On oublie les impairs du sixième volet pour redécouvrir un jeu de combats aériens à l’ancienne, très cinématographique et terriblement efficace. Difficile de trouver quoi que ce soit à redire, si ce n’est peut-être le manque de sensations lors des longs trajets et quelques missions en deçà. Pour le reste, Namco Bandaï nous livre un titre d’une rare efficacité, qui saura à la fois séduire les fans de la franchise et les nouveaux venus. On notera au passage que la version PS4 du jeu se montre plus intéressante que la version Xbox One en raison de la présence d’un mode VR.

Ace Combat 7 : Skies Unknown

8.1

Gameplay

8.0/10

Contenu

8.0/10

Graphismes

8.5/10

Bande son

7.5/10

Finition

8.5/10

Les + :

  • Un mode solo accrocheur
  • Les missions VR, sur PlayStation 4
  • Les cinématiques, superbes
  • Des graphismes visuellement très réussis
  • Un scénario passionnant

Les - :

  • Les sensations de vitesse
  • Des objectifs pas toujours clairs
  • Quelques missions, pas très excitantes
  • Un mode multijoueur assez avare en contenu