Dans la course à l’informatique quantique, IBM vient de frapper fort en présentant “Q System One“, l’ordinateur quantique le plus stable à ce jour.

Un ordinateur quantique? Mais qu’est-ce que c’est que ce charabia? C’est l’une des évolutions majeures les plus attendues dans l’univers de l’informatique.

Jusqu’ici, la base de tout calcul effectué par un ordinateur est la manipulation des bits, dont la valeur correspond à 1 ou à 0. Cette propriété immuable de l’informatique classique ne vaut plus en informatique quantique où la calcul est fondé sur les qubits (prononcez “kioubits”) qui peuvent simultanément valoir 1 et 0 grâce aux propriétés de la mécanique quantique.

On ne s’attend pas à voir de telles machines remplacer les ordinateurs classiques de sitôt mais la technologie s’avère très intéressante pour des calculs aussi complexes que le développement de nouveaux médicaments, les prévisions météorologiques, la finance ou encore les intelligences artificielles.

Moins puissant mais bien plus stable

C’est pourquoi certains constructeurs misent beaucoup sur cette filière d’avenir, tout comme IBM et son Q System One présenté à l’occasion du CES à Las Vegas. Le spécialiste du hardware le définit comme le “premier système d’informatique quantique universel entièrement intégré au monde, conçu pour un usage scientifique et commercial.

Encore à un stade expérimental, Q System One est soumis aux mêmes contraintes que les autres ordinateurs quantiques : il doit être maintenu à une température extrêmement basse et protégé des perturbations extérieures telles que les vibrations et les variations électriques, sans quoi tout calcul est bon à être recommencé.

Avec une puissance de calcul de 20 qubits, il reste bien en deçà d’autres machines, Google ayant notamment atteint 72 qubits avec son Bristlecone. En revanche, le système d’IBM s’avère être l’ordinateur quantique le plus stable jamais conçu, à tel point qu’il sera possible pour certaines entreprises d’utiliser sa puissance de calcul. IBM indique que le CERN fera notamment partie des privilégiés. En raison de l’instabilité du système, l’ordinateur ne pourra toutefois être utilisé qu’à distance via le cloud.