Avec plus de 200 millions de joueurs inscrits, Fortnite s’est mué en un endroit parfait pour blanchir de l’argent volé sur le Darknet. Des escrocs revendent des comptes riches en monnaie virtuelle pour récupérer de l’argent bien réel.

On peut trouver de tout sur le Darknet, à commencer par des données bancaires revendues par des hackers. Mais une fois en possession d’un compte bancaire, les escrocs doivent rivaliser d’ingéniosité pour ne pas attirer les soupçons tout en profitant des valeurs en vogue sur le web.

D’après un rapport livré par Sixgill, une entreprise spécialisée en cybersécurité, une nouvelle méthode de blanchiment d’argent s’est répandue sur Fortnite. L’argent des comptes bancaires dérobés est converti en V-Bucks, la monnaie virtuelle du jeu qui permet de s’offrir de nouveaux skins et armes.

Ces comptes de joueurs pleins aux as, spécialement créés pour l’occasion, les arnaqueurs les revendent ensuite sur des marchés de vente et d’échange spécialisés dans les jeux en ligne, à savoir G2A, G2G ou même tout simplement sur eBay.

Vendre des comptes comme des petits pains

Ces comptes s’arrachent à prix d’or sur ces plateformes, en particulier si les revendeurs cassent leurs prix pour s’en débarrasser au plus vite. Peu regardant, un joueur intéressé sur ruera sur l’offre sans se soucier de la provenance des V-Bucks. Ce petit marché s’avère plutôt juteux : sur les seuls mois de novembre et décembre, 250.000$ en objets virtuels et comptes Fortnite ont ainsi été échangés sur eBay.

Bien sûr, toutes les transactions ne sont pas malintentionnées mais Benjamin Preminger, expert en sécurité au sein de Sixgill, assure qu’Epic Games pourrait mieux surveiller les transactions pour les skins les plus rares et, donc, les plus onéreux.

Bien souvent, le blanchiment d’argent laisse quelques traces. Il n’est pas rare qu’un joueur russe effectue un achat in-game avec une carte bancaire espagnole depuis un compte de jeu belge, par exemple. Dans ce cas, il y a fort à parier pour que l’auteur de la transaction soit un escroc.