Les photos animées des films Harry Potter pourraient prochainement devenir une réalité dans notre quotidien de moldus. Des chercheurs américains ont mis au point un procédé permettant d’animer des images en 2D.

Les photographies telles qu’on les connait pourraient évoluer et se rapprocher un peu plus des vidéos. En effet, au sein de l’Université de Washington, des chercheurs ont tenté d’insuffler l’illusion de la vie à un individu figé sur une photo. Un challenge qu’ils ont relevé, apportant le mouvement dans un cadre statique.

Un exploit rendu possible grâce à un procédé complexe et volumineux qui repose sur un puissant algorithme. Comme l’explique l’un des principaux chercheurs de l’étude, Chung-Yi Weng, animer une photographie impose d’abord d’extraire une personne de la photo en la modélisant en 3D, sans laisser de zone de découpe après découpe. L’emplacement où se trouvait la personne est alors complété.

Crédit : Capture YouTube

Ce n’est pas la première fois que des chercheurs tentent de donner vie à des photos. Il y a une dizaine d’années, d’autres avaient présenté la modélisation 3D d’un personnage extrait d’une photographie. Mais à l’époque, la technique n’était pas totalement au point. Les proportions du personnage n’étaient pas respectées et faisaient tache par rapport à l’image originale.

La difficulté principale d’un ordinateur pour animer une photo comme dans la vidéo ci-dessous est de modéliser en 3 dimensions la position originale de la personne sur la photographie en 2D. Une tâche d’autant plus compliquée lorsque l’ordinateur doit reconstruire des parties de la personne lorsqu’un bras ou une jambe est caché sur la photo.

Dans l’algorithme mis au point par les chercheurs de l’Université de Washington, le corps en 2D est d’abord détaché de son environnement, ensuite, il est découpé selon ses différents membres. Enfin, les différentes parties sont converties en 3D et mises en mouvement. Cela permet de conserver les proportions et d’animer correctement chaque membre.

Un processus automatisé qui pourrait, selon les chercheurs, être couplé avec la réalité augmentée afin d’améliorer la perception des œuvres d’art et les photographies.