Appliquer le visage d’une personne sur une autre est devenu un jeu d’enfant à notre époque. Rapidement, la technique s’est répandue dans le milieu pornographique, au détriment de l’image des stars.

Vous vous souvenez de cette vidéo où apparaissait Barack Obama proférant des insanités? Il ne s’agissait en réalité que d’un extrait réalisé par le site BuzzFeed dans le but de sensibiliser le public à la désinformation.

La méthode utilisée dans ce montage : le deepfake. Il s’agit d’une récente technique qui permet d’apposer le visage d’une personne à celui d’une autre dans une vidéo. On peut imaginer l’intérêt d’une telle technique dans le milieu audiovisuel ou le cinéma. Pour l’heure, on en voit surtout les dérives.

La tête d’Emma Watson sur le corps d’une actrice porno

Depuis l’émergence de cette technique, des réalisateurs sont passés maître dans l’art du deepfake au détriment de certaines stars qui décrient son utilisation. La raison? Des créateurs de films pornographiques usent et abusent de la technique.

Plutôt que de monnayer quelques rares vidéos de sextapes de célébrités, il suffit de filmer les ébats d’acteurs, puis d’y coller le visage d’une star qui suivra le mouvement de tête de la personne en pleine action. La technique reste imparfaite et se détecte au premier coup d’oeil mais il n’empêche que l’image des stars est utilisée pour produire du contenu sexuel.

Ariana Grande, Emma Watson, Margot Robbie : on ne compte plus les célébrités victimes de ce phénomène humiliant, que certaines ne supportent plus. C’est par exemple le cas de l’actrice la mieux payée d’Hollywood, Scarlett Johansson, qui estime que lutter contre le deepfake est “une cause perdue“.

Un combat judiciaire perdu d’avance

Dans une interview accordée au Washington Post, l’interprète de la Veuve noire a déclaré : “Je pense que c’est une poursuite inutile, juridiquement, surtout parce qu’Internet est un vaste vortex de ténèbres qui se dévore tout seul“.

C’est d’autant plus problématique que la législation qui entoure le droit à l’image diffère d’un pays à l’autre. En admettant qu’un site soit bloqué aux États-Unis, rien n’empêche que d’autres fonctionnent en Allemagne, par exemple.

Certains sites ont pris la décision d’interdire les contenus pornographiques générés par des intelligences artificielles pour sauvegarder l’image des stars. C’est notamment le cas de Pornhub où une simple recherche suffit pourtant à trouver ce genre de contenu.