Les bornes de Lowifi n’offrent pas un accès ouvert à Internet. Les clients de la startup choisissent les informations auxquelles les visiteurs ont accès.

Notre solution vise à reconnecter les visiteurs avec le lieu dans lequel ils se trouvent“. Pour Danny Serra Guerreiro, créateur de Lowifi, les gens sont trop distraits par leurs smartphones. Avec ces bornes, les clients de la startup peuvent communiquer avec leurs visiteurs à propos du lieu dans lequel ils se trouvent, directement sur leur smartphone.

S’appuyer sur les habitudes des consommateurs

Puisque les gens sont connectés, pourquoi ne pas utiliser ce support pour les rapprocher des lieux qu’ils visitent ? Loin du concept d’un simple hotspot, les bornes Lowifi se présentent plutôt comme un canal de communication privilégié. Pour le créateur, Danny Serra Guerreiro, ces bornes redonnent le pouvoir à ses clients sur leur communication : “Un hotspot ordinaire donne juste un accès à Internet et même si le visiteur voulait se renseigner sur le lieu, Google maitrise l’information et décide quelle info il donne au visiteur“. Il faut tout de même souligner qu’avec cette solution, c’est l’entreprise qui maitrise l’information qui est donnée puisqu’elle détermine ce qu’elle veut communiquer, ou non. Les possibilités sont larges. Avec une page d’accueil personnalisable, le client peut également choisir de diffuser un audio-guide, un jeu vidéo, un questionnaire ou encore une expérience de réalité virtuelle. Lowifi va un peu plus loin en offrant à ses clients des informations sur “l’affluence du lieu, les pics de visites, la langue des visiteurs,… tout cela est visualisable via une page qui offre toute sorte de statistiques sur le lieu“. Des données récoltées “en respectant la vie privée des visiteurs” selon la startup. 

Du côté de l’expérience utilisateur, “pas besoin d’installer d’application, pas besoin d’utiliser son forfait data, aucune action compliquée” pour Dany Serra Guerreiro. “Il suffit juste de se connecter au réseau wifi du lieu et la page apparait devant vos yeux sans rien faire“, souligne le créateur de Lowifi.

Une offre pour tous et… autonome

Le service s’adresse notamment aux musées, lieux touristiques ou encore les bars et restaurants. Mais pas seulement. Lowifi vise également les boutiques de ventes au détail. Pour le créateur, les bornes sont une solution pour “tout lieu qui veut entrer en contact avec ses visiteurs via le smartphone pour leur donner une information propre au lieu et à leur activité“. Cette solution de communication s’adresse autant aux petits commerçants qu’aux grands acteurs du tourisme ou même aux grandes chaines de magasin.

Côté prix, les clients doivent compter moins de 100 euros par mois pour une simple borne informative. Les montants peuvent monter jusqu’à plusieurs milliers d’euros dans le cas de grosses installations comme plusieurs bornes pour un festival par exemple.

La solution présente aussi un point fort non négligeable : les hotspots peuvent être totalement autonomes. Équipée de batterie et d’un panneau solaire, une borne n’a pas besoin d’électricité ou d’une ligne internet pour fonctionner. Un atout qui étend les possibilités. Danny Serra Gueirrero nous donne l’exemple d’un hotspot en pleine nature : “pour donner des informations aux promeneurs (carte des lieux, informations sur la faune et la flore du site,… le tout en plusieurs langues pour ravir les touristes étrangers)“.

Une startup Do It Yourself

La startup est encore en développement. Seul pour ses premiers pas, le créateur s’est allié à un premier spécialiste pour les “réseaux”, un autre pour l’administration système et un dernier pour le développement web. Une petite équipe qui s’appuie sur leurs compétences techniques personnelles pour créer des prototypes sans avoir besoin de faire appel à de la consultance. “Notre solution est totalement homemade“, rappelle Danny Serra Guereiro. Un seul moyen de financement a été utilisé : une bourse de pré-activité via Digital Wallonia (12.500 euros). Aujourd’hui le produit est sur le point d’être finalisé. La commercialisation pourrait voir le jour dans quelques mois, après avoir trouvé des financements potentiels, des partenaires et des clients. Les discussions sont d’ailleurs en cours. Mais “vu que tout cela est sur le point de se concrétiser“, Lowifi préfère “ne pas donner de noms à ce stade“. Le créateur avoue qu’il s’agit de “grands acteurs du retail, des cinémas, fastfoods et musées entre autre“.

L’année 2019 s’annonce comme une année charnière pour Lowifi.