Après avoir demandé un récapitulatif de ses données collectées par Amazon, un Allemand s’est retrouvé avec l’historique des interactions vocales adressées à Alexa de deux autres utilisateurs.

Cette histoire devrait ternir l’image du géant américain des sites de vente en ligne. Conformément à sa politique et à la nouvelle loi mise en place en Union européenne concernant les données personnelles numériques – la loi RGPD -, instaurée en mai dernier, il est possible de demander à Amazon un listing de toutes les informations qu’il dispose à notre propos. Une requête qu’a voulu expérimenter Martin Schneider.

Celui-ci a rapidement reçu un fichier contenant des informations comme demandé, mais pas celles que Martin Schneider attendait. En effet, dans le document, ce sont près de 1700 enregistrements de commandes vocales adressées à Alexa que l’Allemand a pu découvrir. Un contenu étonnant pour le client puisqu’il ne dispose d’aucune enceinte connectée.

Il s’est avéré qu’Amazon ait commis une erreur et envoyé le mauvais fichier. Le site s’est d’ailleurs rendu compte de sa maladresse et a retiré l’accès au fichier peu de temps après. Martin Schneider avait eu tout le temps de copier l’intégralité des enregistrements vocaux. L’homme a d’ailleurs contacté un journal allemand, C’t Magazine, pour partager son histoire.

Grâce aux différentes informations renseignées dans les enregistrements vocaux tels que la météo basée sur la géolocalisation et les contacts personnels, le journal a réussi à retrouver l’identité des utilisateurs, auteurs des 1700 commandes vocales.

En réalité, le couple d’utilisateurs et Martin Schneider ont tous les deux demandé à avoir accès à leurs données personnelles en même temps. Suite à une maladresse, chacun a reçu le fichier personnel de l’autre. Une erreur humaine pour Amazon qui a expliqué au journal The Verge : « c’était un cas malheureux d’erreur humaine et un incident isolé. Nous avons résolu le problème avec les deux clients concernés et avons pris des mesures pour améliorer davantage nos processus. Nous avons également été en contact, par précaution, avec les autorités réglementaires compétentes ».