Des chercheurs ont imprimé en 3D chaque pierre du temple Pumapunku afin d’en élucider ses mystères.

Le temple est situé sur le site archéologique Pumapunku (qui signifie La porte du puma) à Tiwanaku en Bolivie. Il fait partie des grands mystères de ce monde, les théories les plus folles gravitant autour de celui-ci.

Construit il y a plus de 1.500 ans, le temple comprend des pierres et éléments encastrables de grès ou d’andésite, dont les plus imposants pèsent 20 tonnes. L’élément le plus volumineux du site aurait même été estimé à 137 tonnes. Vu la taille et la découpe des éléments, d’aucuns pensent qu’il aurait été construit par des extraterrestres, ou qu’il formerait tout du moins la preuve qu’une civilisation plus avancée, ayant découpé les blocs au laser, existait à l’époque.

Quoiqu’il en soit, tous ces blocs sont aujourd’hui dispersés sur le site, formant un véritable puzzle d’environ 150 pièces. Depuis de nombreuses années, les archéologues tentent de le reconstituer mais, grâce à la technologie d’impression en 3D, la tâche pourrait être simplifiée.

C’est ce que pense Alexei Vranich, chercheur à l’université de Californie à Berkeley, qui a modélisé numériquement les 140 fragments d’andésite et 17 dalles de grès recensés par de précédentes études et ses propres observations sur le terrain. Certains éléments, très abîmés par le temps, ont même pu être reconstitués par extrapolation. Les blocs miniatures, d’une taille de 4% par rapport aux blocs réels, ont donc été obtenus à l’aide d’une imprimante 3D.

Copyright: Alexei Vranich/Heritage Science

Avec son équipe, le chercheur a ainsi pu obtenir une maquette physique assez fidèle de ce à quoi aurait pu ressembler le temple.“Il est particulièrement intéressant de constater que les portes de différentes tailles étaient alignées de manière à créer un effet “miroir” : une grande porte, puis une moyenne, puis une plus petite”, explique Alexei Vranich au site Gizmodo. “Cela donne un effet d’infini comme si vous vous trouviez dans une seule pièce. Cela peut être lié à la croyance des Incas selon laquelle c’est l’endroit où le monde a été créé.”

Le chercheur compte mettre librement à disposition ses schémas 3D afin que n’importe qui puisse imprimer et construire son propre temple chez soi. Il espère également peut-être découvrir de nouveaux indices afin de reconstruire d’autres temples de la région. Enfin, sa technique pourrait également servir à reconstruire d’autres vestiges ailleurs, comme la cité de Palmyre détruite durant les conflits en Syrie. Cela pourrait également être utile pour reconstituer et comprendre les causes de certains crashs d’avions.

Copyright : Casto Vocal