Comment réduire les dépenses et gonfler le profit? Perpétuelles questions dans la tête des dirigeants d’Amazon qui, d’après le Wall Street Journal, ont décidé de supprimer les articles les moins rentables et de confier le stockage des plus encombrants à leur fabricant.

Amazon s’est imposé comme l’acteur numéro un de la vente en ligne. Premier sur le front et disposant d’une palette inégalable de produits, l’entreprise de Jeff Bezos survole aujourd’hui le secteur. C’est notamment grâce à la diversité de ses produits que la firme s’est installée sur le trône.

Le géant de la livraison et du commerce en ligne chercherait désormais à tirer le plus de profit de chacune de ses ventes. D’après une enquête menée par le Wall Street Journal, Amazon est en train d’évincer un à un les articles les moins rentables de son catalogue. En interne, ces produits sont désignés par le terme “CRAP” ou “Can”t Realize A Profit”.

Sont visés par cette nouvelle politique, les articles qui affichent un prix inférieur à 15$ pour une taille et un poids imposants, dont les frais de livraison sont trop élevés par rapport au rendement. Le Wall Street Journal prend l’exemple d’un packs de six bouteilles de Coca-Cola vendu 6,99$. La référence disparaît du catalogue au profit d’un pack de 24 bouteilles à 37,20$. On réalise assez vite que le prix unitaire explose : 1,55$ contre 1,17$ la bouteille.

Amazon domine les négociations

Pour encore gonfler ses recettes, Amazon aurait demandé à certaines marques d’expédier leurs produits depuis leurs propres entrepôts pour réduire ses coûts de stockage, comme elle l’a déjà fait avec Coca-Cola. La firme de Jeff Bezos aurait difficilement pu faire accepter ses services auprès des marques à ses débuts avec une telle stratégie. À présent qu’elle domine le marché, les partenaires ne peuvent qu’accepter les conditions imposées par la firme, aussi restrictives soient-elles.

Amazon n’a pas commenté cette enquête, ni précisé si une partie de cet argent servirait à améliorer les conditions de travail de ses employés, dont le cadre n’est pas réputé pour son confort.