Des chercheurs de la société de puces et de cartes graphiques nVidia, ont mis au point une nouvelle IA, cette intelligence artificielle permet la création de portrait des plus réalistes.

Une équipe de trois chercheurs a réussi à concevoir une intelligence artificielle permettant de fabriquer des photographies de visages humains. Les résultats de leur étude sont consultables en ligne et le tout est accompagné d’une vidéo de démonstration, visionnable en fin d’article, qui s’avère plutôt saisissante.

Pour se faire, les chercheurs de nVidia ont mis au point un Réseau Antagoniste Génératif (GAN) qui, à l’aide de la compilation de nombreuses photos libres de droits couplés d’un apprentissage automatisé (machine learning), est maintenant capable de générer de nouveaux clichés sans aide humaine.

Pour ce faire, les scientifiques ont regroupé 70 000 clichés qui ont été tout d’abord retravaillés, afin de ne conserver que le portrait, pour ensuite appliquer un filtre améliorant la clarté et les détails de chaque visage.

Pour générer une nouvelle image, l’IA se base sur 3 autres photographies, selon 3 degrés de détails : le premier prend en compte la pose, les cheveux et la forme du visage, le second se concentre de manière plus détaillée sur les caractéristiques du visage (nez, yeux, bouche) et le dernier, quant à lui, s’occupe plutôt de la couleur des cheveux et du grain de peau.

Tous les résultats de cette recherche seront mis en ligne de manière open source, Nvidia ne tirera donc pas de bénéfice direct de cette étude, le but pour la société est de montrer l’intérêt de son matériel pour tout type de recherches en relation avec une intelligence artificielle.

L’entreprise américaine est leader dans le domaine de l’industrie des processeurs graphiques, avec des cartes graphiques qui sont d’ailleurs très prisées sur le marché du jeu vidéo, qui s’étend également à celui du machine learning et du deep learning, compte tenu de la puissance de calcul des GPU (Graphics Process Unit) de la marque.

Les résultats de cette étude s’avèrent assez surprenants et l’on peut rester songeur quant aux évolutions possibles en matière d’IA. On peut d’ailleurs s’inquiéter des potentielles dérivent sur ce sujet et le Commission européenne devrait présenter des lignes directrices afin de délimiter un cadre éthique et juridique en rapport avec les intelligences artificielles.