La réalité virtuelle est encore loin d’être parfaite. Les casques sont performants mais les conditions d’utilisation posent encore problème. Google dépose un brevet portant sur des chaussures à roulettes pour compenser les mouvements dans un environnement restreint.

L’intérêt des jeux VR réside dans l’immersion totale dans laquelle ils nous plongent. Pour se sentir véritablement au coeur du jeu, la meilleure solution est d’avoir l’impression de s’y déplacer. Mais alors, comment reproduire l’espace d’un monde ouvert dans un salon de 25 mètres carrés? C’est la problématique majeure qui limite actuellement les développeurs de jeu en réalité virtuelle.

Des solutions ont déjà été avancées pour régler le problème. La startup suédoise Omnifinity a par exemple mis au point un tapis roulant omnidirectionnel. Seulement, l’Omnideck est aussi grand qu’un imposant trampoline, peu pratique à placer dans son salon mais intéressant pour une salle de jeu dédiée à la réalité virtuelle.

Le brevet déposé il y a quelques jours par Google vise une solution bien moins encombrante : des chaussures dotées de roulettes omnidirectionnelles. Grâce à des capteurs, les patins sont supposés ramener leur utilisateur à sa position initiale quels que soient ses mouvements, en ce compris les pas de côté.

La solution est plus appropriée pour des jeux à la Just Dance où l’espace est restreint que pour l’exploration de mondes ouverts. On s’imagine assez mal parcourir autant de kilomètres dans son salon qu’à l’intérieur du jeu.

Un autre obstacle de taille se dresse face à cette technologie pas si idéale : la question de l’équilibre. Il faut déjà plusieurs semaines pour maîtriser des patins à roulettes à raison de nombreuses chutes. Comment maîtriser des chaussures montées sur roulettes avec un casque devant les yeux sans se casser la figure? Un harnais pourrait résoudre le problème mais le problème de l’encombrement refait alors surface.

Google a beaucoup de pain sur la planche pour mettre au point des chaussures qui tiennent compte de ces obstacles mais il est rassurant de voir qu’une firme de cette ampleur garde un intérêt pour un marché qui ne décolle pourtant pas.