SpaceX, le projet spatial d’Elon Musk, vient d’obtenir l’autorisation de déploiement de plus de 7500 satellites.

Par le biais de sa firme SpaceX, Elon Musk avait déjà obtenu l’autorisation de lancer un peu plus de 4400 petits satellites dans l’espace dans le but d’offrir une connexion Internet haut débit à moindre coût, partout sur la planète. Le projet, baptisé Starlink, est en développement depuis des années et deux premiers prototypes de satellites ont été lancé en février dernier via la fusée Falcon 9.

A cette flotte s’ajoutera 7518 satellites, la firme venant de recevoir une nouvelle autorisation de la Commission fédérale des communications (FCC) pour un déploiement massif.

Les premiers satellites définitifs, eux, seront lancés à partir de 2019 et distribueront des connexions dans un premier temps sur plusieurs territoires d’Amérique du Nord, à commencer par les États-Unis, Hawaï ou Porto-Rico, puis progressivement dans le monde entier au cours des cinq années suivantes. Le placement définitif de la flotte de satellites SapceX étant envisagé à l’horizon 2024.

D’autres entreprises d’envergure veulent également connecter le monde à Internet depuis l’espace comme Blue Origin, qui appartient à Jeff Bezos, le PDG d’Amazon. La FCC a quant à elle donné son approbation à quelques autres sociétés pour des déploiements similaires, mais d’envergure moindre: Kepler (140 satellites), Telesat (117 satellites) et LeoSat (78 satellites), notamment.