Avec Uber, le concept de location de services à portée de smartphone s’est répandu comme une traînée de poudre. Livraison de plats, de colis, location de voitures, de vélos, de trottinettes ou encore de maisons de vacances : l’ubérisation de la société est en marche et approche de son paroxysme avec la location de travailleurs.

Alors que Uber prépare son introduction en bourse pour l’année prochaine, le Financial Times indique que l’entreprise américaine cherche à se développer sur un autre segment. Ce ne serait pas la première fois que le développeurs d’applications mobiles chercherait à se diversifier puisque UberEATS a déjà vu le jour en 2015.

Cette fois, il s’agirait d’un service d’un nouveau genre : mettre en relation des entreprises avec du personnel indépendant opérationnel via une application. Un service similaire aux chauffeurs Uber finalement, sauf que la palette de compétences pourrait aller du serveur en horeca à l’agent de sécurité.

L’objectif ici n’est pas d’offrir à des particuliers les services d’un serveur pour se faire apporter son plat de spaghetti dans le salon mais plutôt de permettre à des sociétés de bénéficier de main-d’oeuvre adaptée à court terme. Une telle plateforme ferait office d’agence d’intérim à la seule différence que les périodes de travail visées sont plus courtes.

Uber chercherait par ailleurs à lier ce service déjà surnommé “Uber Works” avec ses chauffeurs qui cherchent parfois à compléter leur grille-horaire.

Reste à savoir si la firme américaine mènera son projet à bien. D’autant qu’il ne s’agirait que d’un service business-to-business, probablement inadapté aux plus grandes entreprises mais qui pourrait bien servir aux entreprises naissantes qui n’ont pas les capacités d’engager plus de personnel pour venir à bout d’un projet.