Des structures de pierres empilées accélèrent l’érosion.

La région montagneuse des Highlands est victime des touristes qui pourraient dramatiquement augmenter l’érosion naturelle des formations rocheuses en empilant des pierres dans l’espoir de faire le selfie parfait. Les écologistes et les habitants des îles Skye, Iona et Orkney ont récemment fait part de leur inquiétude face à la tendance croissante des touristes à créer des structures de pierres empilées à des fins photographiques et artistiques.

Si ces formations de pierres peuvent sembler jolies, l’enlèvement des roches des murs de pierre risque d’accélérer l’érosion et de perturber l’écosystème de la zone. Claire Irons, une résidente de l’île de Skye, a déclaré avoir vu au moins 50 structures rocheuses lors d’une promenade avec son chien. Quand elle s’est plainte aux touristes, ceux-ci lui ont répondu qu’elle « gâchait leur plaisir ».

C’est le film The BFG (Le Bon Gros Géant) de Spielberg, qui a contribué à l’augmentation soudaine du tourisme sur l’île de Skye. D’après Claire Irons, le nombre de touristes ne fait qu’augmenter depuis la sortie du film, notamment parce que l’île a été ajoutée au parcours de visite thématique “l’Écosse au cinéma”.

Pour John Hourston, fondateur du groupe environnemental Blue Planet Society, ce sont les médias sociaux qui alimentent ce genre de comportement. « Quand j’ai vu les photos, j’ai été choqué. Cette attitude incarne la profanation de l’environnement naturel. Nous parlons d’un groupe de personnes, de routards et d’aventuriers, qui devraient avoir pour concept de ne laisser aucune trace », explique John Hourston.