Sorti en 2017 au Japon, Dragon Quest XI était attendu par les amateurs de JRPG comme le nouveau messie. Et, sans surprise, le nouveau jeu de Square-Enix ne déçoit pas…

Près d’un an après sa sortie au Japon, le jeu de Square-Enix débarque enfin dans nos vertes-contrées. C’est qu’il se sera fait attendre, le nouveau jeu de Yūji Horii. Au total, les fans de la franchise auront dû patienter plus de 8 ans (9, en Europe), pour découvrir une nouvelle aventure solo dans l’univers de Dragon Quest! Inutile de le préciser, Square-Enix se devait de marquer le coup.

S’il ne déçoit pas, cet épisode ne surprendra non plus jamais vraiment les joueurs. Et pour cause puisqu’il s’agit exactement du titre que l’on attendait. Visuellement, le jeu est coloré et conserve le character-design typique des productions Akira Toriyama. Le scénario de Dragon Quest XI n’a rien de détonnant, ni de surprenant mais parvient à séduire par la simplicité de ses propos et son classicisme, et le gameplay reste dans la plus pure tradition du genre avec de l’exploration en temps réel et des combats au tour par tour. Bref, les habitués de la franchise ne seront pas bousculés. Les autres seront sans doute charmés par le style old-school de Dragon Quest.

On est pourtant très loin ici d’un Final Fantasy ou d’un Secret of Mana. Car Dragon Quest est parvenu à imposer ses propres standards. Gentiment niais dans son univers et son scénario, le jeu de Square-Enix reste par nature très accessible, mais surprend toutefois par la richesse de son univers et son système de combats au tour par tour qui impose une certaine rigueur. Car si les premiers affrontements paraîtront d’une simplicité déconcertante, la suite des aventures nécessitera davantage de dextérité. Ne vous attendez toutefois pas à un niveau de difficulté très élevé – Dragon Quest a toujours été une franchise très grand public, accessible par nature, et au ton volontairement très jeune.

Difficile toutefois de ne pas tomber sous le charme de cet univers coloré, de ces personnages attachants et même de ces ennemis au design souvent amusant. Pas de grosse surprise ici, puisqu’il s’agit d’un JRPG dans la plus pure tradition du genre. Dragon Quest XI brille toutefois par sa richesse – de ses gigantesques donjons à ses séquences de jeu variées, en passant par la présence de montures à dompter pour voyager plus rapidement dans ses vastes étendues. Il y a dans ce jeu un soupçon de Zelda, une touche de Pokémon et une véritable aura de RPG culte.

En dépit de sa simplicité, son scénario alterne brillamment plusieurs histoires qui se rejoindront en fin d’aventure. Dans la peau d’un jeune garçon, le joueur devra tout d’abord participer à un rite de passage, le jour de son seizième anniversaire, en tentant d’accéder au sommet d’un python rocheux. Il découvrira durant ce défi la présence inhabituelle de plusieurs monstres à proximité de son village. De retour, il sera jeté aux cachots par un roi qui voit en lui le fils du démon. Dragon Quest XI n’est certes par original, mais il présente l’énorme atout de présenter une belle brochette de personnages attachants, des alliés qui vous accompagneront tout au long de l’aventure aux “vilains” de service, aux motivations souvent douteuses. Pas de doute, Dragon Quest XI est un titre grand public et son scénario n’a rien à envier aux meilleurs animés.

Certes, on pourra reprocher au jeu une certaine linéarité – surprenante pour un titre en “open world” -, mais dans l’ensemble, l’expérience de jeu n’en reste pas moins très jouissive. Le joueur prendra un véritable plaisir à explorer les décors luxuriants de cet univers et à progresser dans une aventure passionnante, aux côtés de ses compagnons d’infortune. Attention toutefois à veiller à procéder à quelques ajustements au niveau du gameplay, en supprimant par exemple la caméra libre (qui autorise le joueur à se promener autour de ses adversaires durant les combats – une drôle d’idée des développeurs, dans la mesure où cela n’apporte rien du tout aux combats et où les affrontements restent calés au tour par tour.

Pour le reste, les habitués du genre ne seront pas surpris entre les level-up intempestifs, l’arbre des compétences à faire évoluer, les nombreuses quêtes annexes, les attaques combinées et bien sûr le craft, qui fait ici des débuts remarqués dans la série.

Bref, s’il ne surprend pas, Dragon Quest XI n’en reste pas moins un grand cru, aux charmes multiples, qui aurait certes gagner à proposer une aventure moins linéaire, à sortir un peu plus des sentiers battus, et à proposer un gameplay un peu plus évolué, mais qui a le mérite de livrer exactement ce que les fans attendaient de lui. On appréciera au passage la durée de vie exceptionnelle de cet épisode, qui, une fois bouclé, ajoute un nouveau scénario à explorer, avec à la clé des moments inédits.

Seul gros bémol sans doute : la bande originale du jeu déçoit quelque peu, avec des morceaux moins emblématiques que d’ordinaire. Bonne nouvelle en revanche : le jeu a gagné doublages en anglais & sous-titres en français pour sa localisation sur le vieux continent…

Les + :

– La direction artistique, brillante
– Un univers riche
– Des personnages attachants
– Une solide durée de vie
– Les doublages en anglais et sous-titres français
– Des décors superbes
– Une aventure captivante

Les – :

– Une suite sans surprise
– La bande originale
– Trop facile?
– Une aventure trop linéaire
– Quelques drôles d’idées côté gameplay

Conclusion

S’il ne surprend jamais, ce nouveau Dragon Quest est précisément le jeu que les fans des précédents volets attendaient. Square-Enix nous livre un RPG captivant de bout en bout, qui séduit par la richesse de son univers, ses personnages attachants et la beauté de ses décors. Certes, on pourra lui reprocher sa trop grande simplicité d’accès, un certain manque d’ambition peut-être au niveau de son gameplay – très classique – et sa linéarité. Mais dans l’ensemble, l’expérience de jeu n’en reste pas moins fantastique pour les amateurs du genre qui passeront un excellent moment en compagnie de leur console.

16/20