Selon le Wall Street Journal, Microsoft pourrait bientôt mettre la main sur le géant du streaming Netflix.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

On le sait, plusieurs géants du tech lorgnent sur l’extraordinaire catalogue de Netflix. Et pour cause puisque les principaux acteurs du marché souhaitent lancer une offensive dans ce secteur, considéré comme stratégique. Amazon est l’un des leaders incontournables sur ce marché avec Prime Video. Apple, qui a longtemps considéré racheter une plate-forme principale, a finalement opté pour le développement de sa propre offre de streaming, qui devrait atterrir courant 2018. Microsoft, qui s’était essayé très tôt au streaming vidéo avec sa Xbox, avait quant à lui abandonné le marché, reconnaissant sa défaite.

Le géant de l’informatique n’aurait toutefois pas abandonné l’idée de revenir à la charge puisque selon le journaliste et analyste Porter Bibb du Wall Street Journal, Microsoft considérerait aujourd’hui le rachat de Netflix.

Plusieurs indices permettent à l’analyste d’identifier Microsoft comme le principal acheteur potentiel de Netflix. Tout d’abord, Microsoft est l’une des rares entreprises à disposer d’une réserve suffisante de cash pour racheter Netflix. Ensuite, Reed Hastings, l’actuel patron de Netflix, a siégé au sein du conseil d’administration jusqu’en 2012, et conserve une excellente relation avec Microsoft. Enfin, il s’agirait selon Porter Bibb d’une logique implacable : Microsoft ne peut pas se permettre de ne pas être présent sur ce marché. Amazon dispose de son offre Prime, Google tente actuellement de relancer son offre RED et Apple s’apprête à lancer une plate-forme de streaming qui lui est propre. La seule alternative valable à Netflix – Hulu -, est elle la propriété exclusive de Disney. Netflix est donc le seul acteur sur ce marché que Microsoft pourrait acquérir.

“Microsoft va très vite dans l’industrie du cloud, mais l’entreprise n’a aucun lien direct avec la livraison du contenu au consommateur” explique l’analyste, pour qui l’acquisition de Netflix par Microsoft n’est qu’une question de temps.

Notons toutefois que le rachat de Netflix par Microsoft représenterait l’une des plus grosses acquisitions dans le domaine, l’entreprise étant évaluée à plus de 140 milliards de dollars actuellement.

5 Commentaires

  1. FAUX.
    Vérifier ses sources, c’est la base de tout journaliste, non?

    Si vous arrêtiez de considérer les paroles délirantes de ces pseudo-analystes, qui changent plus souvent d’avis qu’une girouette, on aura peut-être un jour des informations (correctes) sur ce site ?

    En parlant d’analyste, le supposé analyste dont il est question dans l’article ne connait même pas les chiffres dont il parle. “Expert”?

    Haaa, la course au scoop… Déplorable.

  2. Hulu n’est pas détenu exclusivement par Disney … La plateforme est détenue à hauteur de 30% par Disney, 30% Time Warner et également 30% par Comcast, ce qui voudrait dire que Disney détiendrait une majorité de parts si, et seulement si, le deal Dis-Fox finissait par se concrétiser …

  3. Déjà, le fait que le WSJ n’a rien dit là dessus, ensuite que Porter Bibb n’est pas du WSJ.

    Le reste n’est que de la broderie.

  4. Il est triste cet article, a l’image de ce blog.

    aucun effort sur la mise en page, on se croirait en 2009, y’a bien ecrit le soir en gros, mais peu importe l’info high tech est relegué, on dirait que le journaliste a son bureau au fond a droite pres de la sortie de secours,
    Un tour sur belgium iphone pour s’apercevoir que c’est le meme acabit

    le soir qui considere les dernieres evolutions de la tech comme de vulgaire telephone android, aucune vision, on a l’impression d’etre sur voici et que les technologies de l’information sont des formes de celebrités, on bave sur des telephones, comme on bave sur des stars

    pas de traitement de fond, et qui plus un article completement absurde qui reste en ligne, aucune trace de l’info sur le wall street journal

    La technologie modifie nos rapport, on s’attends qu’un journal comme le soir en prenne la pleine mesure et use de son metier de journaliste pour apporter la critique necessaire a notre epoque

    au lieu de ca, on a de la presse a sensation qui fait plouf

Comments are closed.