Via un système de crédit social, le gouvernement chinois attribuera une note à ses citoyens à partir de 2020.

black mirror

L’idée peut paraître extravagante, mais le congrès chinois est tout ce qu’il y a de plus sérieux, la proposition de juger les citoyens sur base d’un certain nombre de facteurs permettra d’afficher publiquement la fiabilité des nombreux Chinois.

Une proposition pour le moins radicale qui fait écho aux pires récits orwellien. Le système de crédit social implique que le gouvernement enregistre vos activités : le temps passé sur internet, les fréquentations sociales, les achats effectués sur internet et dans les magasins, les taxes et factures payées (ou non), le temps passé à jouer aux jeux vidéo, etc. Toutes les données venant des réseaux sociaux, des smartphones, de la police, des tribunaux et du fisc seront récupérées pour être centralisées dans le système de crédit social.

Le gouvernement chinois justifie ce système de cotation en ces termes « Cela va créer un climat sociétal dans lequel la confiance est glorifiée. La sincérité envers le gouvernement s’en retrouvera fortifiée, tout comme la construction d’une crédibilité judiciaire. »

La justification du parti communiste chinois ne fait évidemment pas l’unanimité et les dérives d’un tel système sont légion. Il faudrait par exemple un score de minimum 600 pour pouvoir prétendre à un prêt sur certains sites. D’autres citoyens au faible score se verraient restreindre l’accès aux avions ou trains sous peine d’avoir omis de payer une amende.

Si pour l’instant la participation au système de crédit social se fait sur base volontaire, celle-ci deviendra obligatoire courant 2020.

Cette « note sociale », tout droit sortie d’un film de sciences fiction, a fait réagir sur la toile puisqu’elle rappelle un épisode de la série Black Mirror, où les protagonistes sont soumis à un système de cotation qui gouverne l’ensemble de leur existence.

3 Commentaires

  1. Ce sont les chevaux qui sont cotés, pas les gens, donc pas non plus les élèves. On peut noter les personnes, leur attribuer une note… Vive la langue française, haro sur les belgicismes ridicules !

Comments are closed.