Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg présente son mea culpa

“Quittez Facebook” (#deletefacebook”): mis en cause dans les révélations sur l’utilisation indue des données de millions d’usagers, le réseau social est vilipendé de toutes parts, fait face à une campagne de désabonnements et a chuté en Bourse, malgré des excuses.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Son patron-fondateur Mark Zuckerberg a fini par sortir mercredi de son silence et formuler un mea culpa très attendu, après plusieurs jours d’intense polémique.

“Cela a constitué un abus de confiance très important et je suis vraiment désolé de ce qui s’est passé. Notre responsabilité est de faire en sorte que cela ne se reproduise pas”, a déclaré le patron du réseau social dans une interview mercredi soir sur la chaîne CNN.

Il a aussi dit qu’il n’était pas opposé à plus de régulation des entreprises technologiques, et qu’il était d’accord pour venir témoigner devant le Congrès américain. Il a promis des améliorations quant à la protection des données personnelles, en particulier pour les applications tierces auxquelles on se connecte via son compte Facebook.

C’est à travers une application de ce type que des données confidentielles de dizaines de millions de personnes ont fini aux mains de la firme britannique Cambridge Analytica à leur insu.

La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, a elle aussi exprimé des regrets mercredi.

Facebook et ses actionnaires ont déjà laissé des plumes dans ce scandale : mercredi, le titre s’échangeait à moins de 170 dollars, soit une baisse d’environ 8% par rapport à vendredi, même si la chute s’est interrompue mercredi. Un recul qui se traduit par des milliards de dollars en moins en termes de valorisation boursière.