Le patron d’Uber a décidé de ne plus conseiller le président des USA.

Crédit photo : D.R.
Crédit photo : D.R.

Un mouvement de protestation à l’encontre d’Uber est en place depuis plusieurs semaines. La raison est la suivante : le CEO d’Uber, Travis Kalanick, avait accepté de rejoindre le comité de conseil économique de Donald Trump.

Les conséquences furent importantes puisque le New York Times explique que non seulement, ce sont plus de 200.000 comptes Uber qui ont été fermés par leurs propriétaires afin d’afficher leur désapprobation quant au soutien de la firme envers Trump mais en plus, Travis Kalanick a décidé de faire marche arrière et donc de se retirer du comité susmentionné. Il a d’ailleurs déclaré que, selon lui, rejoindre ce comité ne signifiait pas qu’il apportait son soutien à Donald Trump.

Il ajoute que toute cette situation est le fruit d’une mauvaise interprétation.

Quoi qu’il en soit, le journal new-yorkais explique également que le retrait du CEO du conseil économique n’est pas uniquement dû aux nombreuses suppressions de son application. Le patron d’Uber aurait aussi subi d’autres pressions, internes et externes. D’ailleurs, le média souligne le fait que certains employés lui aurait fait savoir qu’ils ne voyaient pas d’un bon œil la relation qui s’établissait entre Uber, son directeur et l’administration présidentielle.