Les deux plates-formes américaines se livrent une nouvelle guerre qui va au-delà de leur secteur habituel, la SVOD. Très actifs dans l’univers des séries, les deux rivaux cherchent désormais à se démarquer dans le domaine du cinéma.

"Manchester by the Sea" permet à Amazon de devenir la première plate-forme nommée pour l'Oscar du meilleur film.
“Manchester by the Sea” permet à Amazon de devenir la première plate-forme nommée pour l’Oscar du meilleur film.

Pour l’instant, l’avantage va à Amazon.

La concurrence entre Netflix et Amazon n’est plus uniquement réservée au monde des séries télévisées. Les deux plates-formes, leaders mondiaux du marché de la SVOD, investissent depuis quelques temps le grand écran. Amazon vient même de rentrer dans l’histoire en devenant le premier service de streaming à décrocher une nomination à l’Oscar du meilleur film.

En janvier 2016, le bras audiovisuel du marchand en ligne signait un chèque de 10M$ pour acheter les droits de “Manchester by the Sea”, film indépendant présenté au festival de Sundance. Un an plus tard, le long métrage de Kenneth Lonergan décroche six nominations à la 89e cérémonie des Oscars, dont celle du meilleur film. Du jamais vu pour un film produit et distribué par une plate-forme de ce type.

Amazon est parvenu à battre Netflix en imitant le schéma classique des studios hollywoodiens. La plateforme assure une sortie traditionnelle dans les salles obscures en échange d’une diffusion exclusive pour ses abonnés au cours de la première année. A l’inverse, Netflix privilégie ses clients en leur offrant le film en avant-première. Le film doit alors se contenter d’une sortie limitée au cinéma. Ce fut le cas l’an passé pour “Beasts Of No Nation”, snobbé aux Oscars, car vu par un nombre très limité de personnes en raison du peu de projections en salle. Netflix est également passé à côté de “Birth of a Nation”, finalement revenu à Fox Searchlight pour 17,5M$ alors que la plate-forme en proposait 20. Son schéma non traditionnel aurait fait peur à son réalisateur qui a préféré opter pour le circuit classique afin d’être vu par un maximum de personnes.

Sundance, un véritable vivier

Compte tenu du succès public et critique de “Manchester by the Sea”, Amazon n’a pas hésité une seule seconde à retourner à Sundance cette année pour de nouvelles emplettes. Le service serait parti avec une enveloppe de 20M$ qu’il aurait réparti entre plusieurs projets. “Landline”, comédie avec John Turturro et Edie Falco, “The Big Sick” avec Holly Hunter et “Long Strange Trip”, documentaire produit par Martin Scorsese, auraient eu les faveurs d’Amazon.

Netflix ne s’avoue pas vaincu pour autant. Le service a mis la main sur “To the Bone”, film centré sur une jeune anorexique avec Lily Collins et Keanu Reeves, “Burning Sands”, “I Don’t Feel at Home in This World Anymore” avec Elijah Wood ou “The Discovery” avec Jason Segel, Robert Redford et Rooney Mara.

Amazon semble en revanche plus disposé à rechercher des films “oscarisables”. Outre ses achats à Sundance, la plate-forme produira le prochain Woody Allen avec Kate Winslet et Justin Timberlake et participera à la distribution américaine de “The Lost of City Z” de James Gray et “The Man who Killed Don Quixote” de Terry Gilliams.

AFP