Plusieurs organismes financiers ont déjà subi des attaques de pirates.

drapeau_union_europenne

Au Bangladesh, un casse avait permis aux responsables d’emporter plus de 70 millions d’euros, le tout sous forme dématérialisée et grâce à un piratage savamment orchestré. L’affaire aura fait beaucoup de bruit et aura surtout démontré les faiblesses existantes en ce qui concerne la sécurité bancaire. Mais l’Europe a aussi connu un vol d’envergure avec le celui de 2,5 millions de livres dérobés au service bancaire de Tesco PLC il y a quelques mois.

L’Europe réfléchit donc aux méthodes qui permettraient de pousser les banques du territoire à améliorer ce point et pour ce faire, les institutions bancaires devront peut-être se soumettre à un test. Ce “stress test” pourrait concerner toutes les banques européennes. L’objectif serait de vérifier les capacités de défense et de réaction des organismes visés. Ensuite, les failles seraient étudiées afin de renforcer les systèmes de sécurité des banques qui en ont besoin. Les détails concernant la mise en place d’un tel test sont actuellement analysés par l’Union européenne.

Rappelons que les banques sont tout de même soumises à des standards de sécurité mais que des failles existent malgré tout. De plus, le nombre croissant d’attaques de hackers oblige l’Union Européenne à prendre les devants avant que de nouveaux piratages ne se produisent.

D’ailleurs, la Commission européenne avait fait part à Reuters de l’une des solutions qui consiste à établir une meilleur communication entre les différentes banques, soit des échanges de données concernant les menaces et les forces des systèmes de sécurité.