Des fichiers avaient été pris en otage suite à une cyberattaque.

Crédit Photo : D.R.
Crédit Photo : D.R.

C’est une nouvelle pour le moins surprenante : un collège de Los Angeles a payé une rançon de 28.000 dollars à des pirates afin d’empêcher la suppression de documents, d’emails et de messages. Dans les faits, les hackers ont piraté les comptes des étudiants et des professeurs et ont, ensuite, menacé leurs victimes d’effacer tout ce que contenaient ces comptes si la rançon n’était pas payée. Délais imposé : une semaine. La somme fut versée aux pirates quelques jours après leur ultimatum via une assurance à laquelle avait souscrit l’école. Celle-ci était prévue pour des incidents liés à la cybersécurité.

Aussi, elle fut payée en bitcoins, comme les pirates l’exigeaient. L’école a alors reçu une clé digitale permettant de déverrouiller l’accès à ses serveurs.

Un expert en cybersécurité du nom de Philip Lieberman a expliqué à CBS Los Angeles que l’école n’avait pas vraiment d’autres options. Selon lui, ces attaques ne sont pas si rares et proviennent d’Europe de l’Est. Il s’appuie sur le fait que des pays situés dans cette région ne possèdent pas de lien avec les Etats-Unis. Il ajoute également que sans accord entre le pays de l’Oncle Sam et celui de ces pirates, une solution ne peut être trouvée pour l’instant.

A l’heure d’écrire ces lignes, les autorités compétentes enquêtent sur cette attaque.