Un rapport pessimiste met en évidence ce fait : les cybercriminels mettront à profit de nouvelles tactiques l’an prochain.

Crédit photo : E.F.
Crédit photo : E.F.

Le leader mondial des solutions de cybersécurité, Trend Micro, vient de publier ses prévisions en matière de sécurité pour 2017 et le moins que l’on puisse dire, c’est que le futur envisagé par la firme n’est pas rose.

L’un des points mis en avant par cette société de cybersécurité est le suivant : la méthode du ransomware va dorénavant toucher bien plus d’objets connectés. Et l’entreprise s’appuie notamment sur 2016 pour développer son propos. Par exemple, l’année précédente, Apple a connu pas moins de 50 failles, pour Adobe, il était question de 135 bugs tandis que 76 d’entre eux ont touché Microsoft. Ces chiffres démontrent la vulnérabilité encore trop importante des logiciels de ces sociétés.

Le rapport de Trend Micro part donc de cet état de fait pour appuyer son propos : les objets connectés seront encore plus que cette année victimes d’attaques ciblées. Celles-ci exploiteront les failles et les systèmes non-protégés. On constate également que les systèmes de production des usines présentent des vulnérabilités et que l’utilisation d’appareils mobiles pour la surveillance augmente les risques, d’une certaine manière.

Pour en revenir aux objets connectés, les ransomwares vont prendre ces derniers bien plus pour cibles et, de plus, les constructeurs de ces objets ne réussiront pas à protéger en temps et en heure leurs productions. En d’autres mots, les créateurs auront fort à faire en 2017 pour lutter contre ces attaques.

Même s’il n’est pas possible de connaître avec certitude ce que réserve l’avenir, les conclusions de Trend Micro ne sont pas des plus rassurantes. Au risque d’enfoncer une porte ouverte, si la technologie concernant les objets connectés ne cesse d’évoluer, il en va de même pour les techniques de piratage qui sont d’année en année bien plus élaborées.